Rencontre avec Gaël Faye à l’occasion du festival Paroles et Musiques

C’est l’un des chanteurs très attendus du festival Paroles et Musiques 2018. Artiste montant de la scène hip-hop française, Gaël Faye a eu le privilège de recevoir aux Victoire de la Musique le prix Révélation de la scène 2018. Le chanteur garde la tête sur les épaules car il sait que le public qui le suit depuis quelques années aime la simplicité de son personnage.

En 2016, il crée la surprise avec la sortie d’un livre.« Petit pays » raconte la vie d’un petit garçon du Rwanda qui assiste au génocide.Il y a bien sûr une part de vécu pour le chanteur né en 1982 au Burundi, d’une mère rwandaise et d’un père français. Mais ce livre reste un roman « même si bien sûr, dans ce livre, il y a mes souvenir et mes émotions mais ça reste une fiction ». Le livre « Petit Pays » a remporté de nombreux prix dont le Goncourt des lycéens. « Le roman, c’est quelque chose de très solitaire, alors que les chansons, c’est un travail de groupe. On a tous besoin, à certains instants, de solitude et à d’autres de sociabilité. Ces deux formes permettent d’osciller entre deux états ».

 

 

Rythmes et Botanique est son dernier album. « Botanique » car c’est l’idée du piano droit que l’on retrouve sur l’album. « C’est pour le côté organique de l’instrument. On a posé de nombreux micros sur ce piano pour capter tous les sons de l’instrument jusqu’à ses grincements. Mais cette idée de botanique vient aussi d’une visite au jardin botanique de Lisbonne. Il y avait un arbre, Ficus Elastica, qui avait des branches et des racines qui s’entremêlaient et ça me faisait penser aux câbles de micros et de guitares qui s’entremêlent parfois sur scène ».

Rythmes et Botanique est très différent de son album précédent dans lequel il avait réuni près d’une trentaine de musiciens. « C’était une expérience extraordinaire pour l’enregistrement de l’album, mais, en concert, on ne pouvait pas être tous sur scène ». Gaël Faye a donc souhaité pour ce nouvel album une ambiance plus intimiste. « Concernant l’écriture, que ce soit pour mon livre ou pour ce disque, ça reste très lié. En France, on reste dans une culture sacrée du littéraire. On porte beaucoup plus d’importance à l’écriture romanesque, beaucoup plus qu’à l’écriture de chanson. C’est dommage. J’étais bien heureux qu’on donne un prix Nobel de littérature à un chanteur comme Bob Dylan. Ça place la chanson dans une œuvre littéraire et c’est une bonne chose ».

 

Sur la scène du Fil ce jeudi 28 juin 2018, à l’occasion du festival Paroles et Musiques,le pianiste et trompettiste Guillaume Poncelet l’accompagnera. Ce dernier a collaboré avec MC Solaar, Claude Nougaro, Stevie Wonder, Earth, Wind & Fire… Gaël Faye aura aussi à ses côtés Louxor, un machiniste qui vient de la musique électronique. Il remplace sur scène son ami DJ Blanka qui ne pouvait être présent à Saint-Etienne. Blanka apporte sur le dernier album une rythmique et des sons électroniques sans dénaturer l’esprit de ce disque piano-voix. « Mais sur ce projet on reste vraiment sur des partis du piano et du texte ».

L’avenir, Gaël Faye travaille sur deux nouveaux romans. Un nouvel album est aussi à venir. « Je fais tout cela pour prendre du plaisir. Le chanteur est un épicurien, tout ce qu’il fait est un divertissement, mais toujours avec un gros travail. Son roman « Petit Pays » va être adapté au cinéma par un réalisateur français « Je ne peux pas en dire plus pour le moment ». Le chanteur reste mystérieux « pour des raisons contractuelles » nous explique-t-il.

Autre projet important, une collaboration avec Julien Clerc « j’ai écrit quelques titres pour Julien, ils pourraient apparaître sur son prochain album ».

 




pub_asse