Rive-de-Gier : l’accusé est en roue libre



Le pro­cès de cet homme de 33 ans qui en mai der­nier avait sor­ti un cou­teau dans un bar de Rive-de-Gier vient d’avoir lieu. Lors de ce pro­cès, ses paroles n’ont pas de limites : « Je n’étais pas alcoo­li­sé, je n’avais bu qu’une bière. Il n’y avait pas de camé­ra, où est la preuve que je les ai mena­cés (..) J’ai eu une bouf­fée de cha­leur. Dans ce bar, ils sont racistes ». L’expert psy­chiatre parle d’un trouble psy­chique le ren­dant malade. « Ça a com­men­cé à 16–17 ans » dit l’analyste. A la ques­tion du pré­sident du tri­bu­nal, « Vous êtes marié ? » l’homme répond « Ben non je ne suis pas marié ! ou peut-être que je le suis, mais je ne le sais pas ». L’accusé prend un trai­te­ment : « Les médi­ca­ments ça me tue, les gens ne vivent pas ma vie pour me dire qui je suis ». Le jour­nal Le Progrès rap­porte que l’accusé a ter­mi­né en expli­quant que « moi, j’aime tout le monde ». Le tri­bu­nal déclare le pré­ve­nu cou­pable, mais irres­pon­sable péna­le­ment. Il a reçu une inter­dic­tion de paraître dans le bar de Rive-de-Gier, ain­si que de por­ter une arme pen­dant trois ans.



Les autres infos