Robert Herbin « entre la vie et la mort »

Les nou­velles ne sont pas bonnes au sujet de Robert Her­bin, et ce dimanche le pire est même à craindre pour l’en­traî­neur mythique de l’AS Saint-Étienne.

 Hos­pi­ta­li­sé depuis mar­di au CHU de Saint-Étienne, où il a été pris en charge par Cécile Romeyer-Bou­chard, émi­nente car­dio­logue qui est éga­le­ment la fille du pré­sident de l’AS Saint-Étienne, Robert Her­bin se bat désor­mais pour sur­vivre. Souf­frant de graves pro­blèmes car­diaques et pul­mo­naires, pas en rela­tion avec le coro­na­vi­rus, mais éga­le­ment d’un état géné­ral qua­li­fié de très inquié­tant, celui qui est une légende du foot­ball fran­çais est en effet « entre la vie et la mort » pré­cise mal­heu­reu­se­ment, ce dimanche, Le Pari­sien. Une situa­tion qui attriste tout le monde, tant Robert Her­bin a fait pour ame­ner les Verts de la grande époque vers les som­mets du foot­ball euro­péen.

Entraî­neur à part, le Sphinx a écrit quelques-unes des plus belles pages de l’ASSE. Et Roland Romeyer n’oublie pas tout ce que le club qu’il dirige doit à Robert Her­bin. « On a eu des grands entraî­neurs, mais Her­bin c’est le plus grand (…) C’est grâce à lui qu’on a l’étoile sur le maillot. Roby a été un guide pour tous les entraî­neurs, il était pré­cur­seur dans sa manière de coa­cher (…) Robert Her­bin a mar­qué l’histoire du club, si l’ASSE est mythique, c’est à lui qu’on le doit », avoue, dans Le Pro­grès, le co-pré­sident de l’AS Saint-Étienne. Depuis l’an­nonce de cette hos­pi­ta­li­sa­tion, les témoi­gnages affluent pour rap­pe­ler le rôle déter­mi­nant de Robert Her­bin à une époque où le foot­ball fran­çais avait bien du mal à se faire entendre en Europe.

Les autres infos