Saint-Etienne : 40 mil­lions d’euros d’investissement

Le bud­get glo­bal de la ville est de 350 mil­lions d’euros, 40 seront inves­tis dans les nou­veaux pro­jets et dans l’entretien.

Même si l’Etat baisse ses dota­tions de 14,5 mil­lions en 2018, le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, peut tout de même annon­cer un bud­get d’investissement de 40 mil­lions d’euros. Dans ces 40 mil­lions, 23 seront consa­crés aux nou­veaux pro­jets comme la Comète de Saint-Etienne qui va rem­pla­cer l’ancienne Comédie. Il y aura éga­le­ment la pour­suite du pro­gramme de vidéo­sur­veillance de l’espace public pour plus de sécu­ri­té des sté­pha­nois. Il y aura aus­si de nou­velles places en crèche et l’aménagement urbain place Villeboeuf.

17 mil­lions seront consa­crés à l’entretien des bâti­ments com­mu­naux avec des tra­vaux de réha­bi­li­ta­tion de la pis­cine Raymond Sommet. Il y aura une mise en œuvre d’un par­cours de dénei­ge­ment des voies pié­tonnes, des résorp­tions de friches urbaines, la réno­va­tion du site Dury et de nom­breux amé­na­ge­ments urbains dont la place Villeboeuf, espace Granotier, square du 102eme Régiment et de la place Bellevue.

 

Une autre inquié­tude du maire de Saint-Etienne est la sup­pres­sion de la taxe d’habitation.

 

Le maire de Saint-Etienne indique que des efforts ont été réa­li­sés pour assai­nir la dette. 55 mil­lions d’euros ont été éco­no­mi­sés alors que la baisse n’était que de 40 mil­lions de pla­fond sur un man­dat. Cette éco­no­mie per­met de faire bais­ser les inté­rêts ban­caires qui sont aujourd’hui moins coû­teux. Gaël Perdriau indique que, même s’il sou­tient les consignes pour les com­munes de réduire les dépenses, il faut que le gou­ver­ne­ment se rende compte que le défi­cit natio­nal est tou­jours aus­si impor­tant et qu’il fau­dra bien que ce gou­ver­ne­ment par­ti­cipe lui aus­si plus direc­te­ment au désendettement.

Une autre inquié­tude du maire de Saint-Etienne est la sup­pres­sion de la taxe d’habitation. « D’ici quelques années, l’état conti­nue­ra-t-il encore à com­pen­ser cette perte ? ». Gaël Perdriau ne veut pas accu­ser avant de voir mais il veut res­ter vigi­lant car il y a de nom­breux points impré­cis dans ces dossiers.

Les autres infos