Saint-Étienne : Primark Centre-Deux, ce que disent les habitants

Depuis 2018, 42info vous parle de l’ouverture de Primark à Centre-Deux. Dans cette longue période, les avo­cats de l’enseigne et ceux du centre com­mer­cial de la rue des Docteurs Charcot ont pour­par­lé afin de signer l’arrivée de l’arlésienne. Mais c’est signé. Il aura fal­lu presque 3 ans pour que la signa­ture se fasse. Une dif­fi­cile négo­cia­tion pour les loyers, les règles que deman­dait Primark, des tra­vaux au cen­ti­mètre près afin que l’enseigne irlan­daise accepte une ins­tal­la­tion à Saint-Étienne. « Il aura fal­lu négo­cier ser­ré pour savoir com­ment et de quelles cou­leurs sera la nou­velle façade du Centre Deux ». Primark regarde de très près où elle s’installe. Que pensent les habi­tants de cette arrivée ?

Pour Mathilde, « Ça fait 7 ans que j’attends cette enseigne, j’étais tou­jours obli­gée d’aller à Lyon ou Paris pour y faire du shop­ping ». Avec son sou­rire elle explique. « C’est vrai que ce sont des vête­ments qui ne sont pas de haute qua­li­té, mais ils tiennent une bonne année, et à ce prix là, ça me suf­fit largement.

« des vête­ments qui tiennent une bonne année »

Romain explique qu’il va y dépen­ser un argent fou. « On y va pour un t‑shirt à 7 euros et on repart avec un bud­get de 150 euros, c’est tou­jours comme ça ». Le jeune cadre sté­pha­nois rajoute : «en géné­ral, j’y vais pour un vête­ment assez rigo­lo que j’ai vu sur inter­net et puis je repars avec un nou­veau pull ten­dance, des bas­kets. Souvent quand je suis à Lyon, j’y achète des bou­gies par­fu­mées, des objets de déco­ra­tion, du par­fum, et des cadeaux pour mes neveux ».

Clémence qui aime par­ta­ger son shop­ping en pho­to sur les réseaux sociaux n’y croyait plus. « C’est le genre de maga­sin qu’on trouve dans les grosses villes. A Paris, Lyon, Marseille par exemple ». Toujours son smart­phone à la main, la jeune femme conti­nue d’expliquer avec joie : « D’accord ça vient de chine ou d’un pays loin­tain, mais croyez-moi, on trouve des choses à Primark que vous ne trou­vez pas ailleurs. Des vête­ments très sym­pas, rigo­los. J’attends l’ouverture pour offrir à mon com­pa­gnon de belles chaussures ».

« on trouve des choses à Primark que vous ne trou­vez pas ailleurs »

Martine qui a quit­té Saint-Étienne pour la ban­lieue n’est pas per­sua­dée de la bonne idée de cette ins­tal­la­tion « encore un grand maga­sin avec des vête­ments de piètre qua­li­té. Je ne com­prends pas cette hys­té­rie sur Primark ». Pour Henri « J’ai mes trois filles qui sont tous les week-ends à Lyon rien que pour dépen­ser leur argent dans ce com­merce. Elles reviennent char­gées. Je ne suis pas per­sua­dé de la bonne idée de la venue à Saint-Étienne ».

« Un renou­veau pour le quar­tier Centre-Deux et les pro­prié­taires des immeubles à proximité »

Blandine, elle, est très heu­reuse pour le quar­tier « Mon appar­te­ment va prendre de la valeur. Je ne sais pas si je serai cliente de Primark, mais les mil­lions d’investissement du centre com­mer­cial et la réno­va­tion du quar­tier vont faire que les appar­te­ments seront plus enclins à prendre de la valeur ». Pour Blandine, qui est pro­prié­taire, « c’est un renou­veau pour le quar­tier Centre-Deux et les pro­prié­taires des immeubles à proximité ».

Les autres infos