Saint-Etienne veut expérimenter les drones de surveillance



Le site internet « La Quadrature du Net », a mis en avant un document de l’association de défense des droits et libertés qui montre que la ville de Saint-Etienne souhaite étudier la possibilité de tester des drones de surveillance sur la ville. Une nouvelle qui ne plaît pas à tout le monde.

En février dernier, la ville de Saint-Etienne annonçait l’installation de capteurs sonores dans le quartier Tarentaize-Beaubrun-Couriot pour accrocher les bruits suspects. Des coups de feux, des explosions ou des vitre qui se brisent. Des bruits que la police pourra analyser rapidement pour être encore plus performante. Cette nouvelle n’avait pas fait l’unanimité à Saint-Etienne. Ces capteurs vont être installés cette année. Cette expérimentation pourra être suivie par des vols de drones autonomes équipés de caméra.

Ce projet est mis en avant par la municipalité comme un outil « innovant ouvrant à d’autres perspectives ». Pour le moment, les drones restent au garage. Il y a des obstacles juridiques et techniques. Un drone va-t-il avoir le droit de survoler une agglomération ? Qu’en est -il des données personnelles ? Doit-il être piloté par une intervention humaine ? Des questions importantes pour respecter la vie privée de chacun.

” Un nouveau terrain d’expérimentation “

Dans une lettre datée du 8 janvier 2019, le Maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau a écrit au Maire de Compiègne qui expérimente déjà des drones dans l’espace public. Gaël Perdriau écrit que : « C’est un terrain d’expérimentation tout à fait pertinent auquel nombre de collectivités et d’entreprises s’intéressent ». Pour le Maire de Saint-Etienne, « Il nous revient, à nous, élus, de faire lever les freins administratifs et juridiques ».

Une expérimentation qui pourrait être menée grâce à la société « Serenicity » cofondée par l’entreprise stéphanoise de fabrication d’armes « Verney-Carron ». Affaire à suivre… Pour les capteurs sonores. Ils seront installés à la fin du mois d’avril sur Saint-Etienne. Le test de ces capteurs se feront en juin et si ce dispositif apporte des résultats. Il pourrait être déployé à d’autres quartiers de Saint-Etienne.