Soldes dans la Loire : des com­mer­çants en berne

Hommes, femmes, enfants ont com­men­cé à faire des affaires dans les bou­tiques de la Loire.

C’est enfin les SOLDES. Après avoir été repor­tées de trois semaines, les soldes d’été 2020 démarrent ce mer­cre­di. Pour les com­mer­çants, cette période va peut-être être l’occasion d’éponger les pertes. Reste à savoir si les consom­ma­teurs seront au ren­dez-vous. Et rien n’est moins sûr d’après nos enquê­teurs à Saint-Étienne.

D’après le Parisien : Selon un rap­port de l’Insee, le volume des ventes avait bais­sé de 45 % dans le com­merce de détail non ali­men­taire entre avril 2019 et avril 2020. En volume, en 2020, la consom­ma­tion des ménages en biens de consom­ma­tion a bais­sé de 17 % au mois de mars et de 34 % au mois d’a­vril par rap­port aux mêmes mois de l’an­née pré­cé­dente avant de se redres­ser en mai où elle n’é­tait plus infé­rieure que de 8 % par rap­port à un an aupa­ra­vant. Bruno Le Maire a esti­mé der­niè­re­ment que la consom­ma­tion avait repris un rythme presque nor­mal en juin.

Les com­mer­çants sont una­nimes. C’est la catastrophe

Mais dans la Loire, les com­mer­çants sont una­nimes. C’est la catas­trophe. « Cette opé­ra­tion est trop tar­dive », explique Nadine, com­mer­çante à Saint-Chamond.

Les clients ont moins d’argent avec le chô­mage par­tiel. On n’achète plus dans le même esprit. Et il n’y a plus d’achat coup de cœur et impul­sif. « Si le client à 50 euros en poche, il ne va pas dépen­ser 51 euros. C’est véri­fié ».

Toujours chez nos confrères du Parisien, on raconte que l’at­ti­tude des consom­ma­teurs risque d’être encore fri­leuse pour cette course aux bonnes affaires. Selon une étude du cabi­net de conseil BCG, réa­li­sé auprès d’un peu plus de 9 000 consom­ma­teurs en Chine, aux États-Unis et en France, « 56 % des Français attendent de forts signaux de reprise avant de se rendre à nou­veau en maga­sin », quand les Chinois sont 49 % à l’af­fir­mer et les Américains 59 %.

C’est le sec­teur du luxe et de la mode qui res­tent le plus tou­chés en France. « 34 % des consom­ma­teurs pré­voient d’y dépen­ser moins dans les six pro­chains mois ». Mais une com­mer­çante sté­pha­noise ne veut pas noir­cir le tableau. « Il faut attendre la fin de la semaine. On aura peut-être de bonnes sur­prises ». 

Les autres infos