St-Etienne : Attachée à un bran­card trois jours dans un cou­loir au CHU

Une femme de 42 ans a été accueillie aux urgences du CHU de Saint-Etienne suite à un burn-out. Elle s’est retrou­vée pri­son­nière sur un bran­card dans un cou­loir de l’établissement.

C’est le jour­nal Le Progrès qui donne l’alerte ce ven­dre­di 18 mai 2018. « On m’a pris toutes mes affaires. On m’a posée dans le cou­loir des urgences, à la vue de tout le monde. On m’a attachée sur un bran­card, jambes, bas­sin, poi­gnets. On a inter­dit à mes proches de venir me voir »explique cette femme de 42 ans à nos confrères du Progrès.

Ce nou­veau témoi­gnage conforte les consta­ta­tion déplo­rables ren­dues publiques début mars par le rap­port Hazan. Début 2018, le rap­port d’Adeline Hazan, la contrôleuse géné­rale des lieux de pri­va­tion de liber­té avait épin­glé les condi­tions « indignes » d’accueil et « le trai­te­ment inhu­main ou dégra­dant »de patients au pôle psy­chia­trie du CHU de Saint-Etienne. La ministre avait deman­dé de « mettre immé­dia­te­ment un terme aux pra­tiques illé­gales et abusives ».

Suite au rap­port Hazan, un col­lec­tif psy a réuni près de 700 signa­tures contre « des menaces et sanc­tions dont sont vic­times les agents de la part de la direc­tion ». Le CHU de Saint-Etienne a été contac­té par le jour­nal Le Progrès, mais n’a pas sou­hai­té réagir.

Les autres infos