Sur sa décision de faire appel, Marc Petit s’explique

Le Maire de Fir­mi­ny a déci­dé de faire appel de la déci­sion de jus­tice. Marc Petit a été condam­né à un mois de pri­son avec sur­sis pour l’agression sexuelle d’une femme.

Lun­di, le maire de Fir­mi­ny ren­contre les jour­na­listes pour un point presse. Les jour­na­listes n’ont pas le droit de poser de ques­tions, seule­ment d’écouter les expli­ca­tions de Marc Petit. « J’ai beau­coup hési­té à faire appel. J’ai même eu la ten­ta­tion de faire ces­ser tout ça quelles que soient les consé­quences de ma déci­sion, tel­le­ment c’est dif­fi­cile à sup­por­ter pour ma famille et moi ». Marc Petit aurait la preuve qu’il n’y a jamais eu d’agression sexuelle.

« J’ai obte­nu des docu­ments par le centre des congrès d’Istanbul. Il contient l’ensemble des écoutes des agents de sécu­ri­té en ser­vice lors des faits évo­qués en juillet 2016 ». Il pos­sède aus­si l’enregistrement des camé­ras. Le maire de Fir­mi­ny explique qu’il n’y a aucun fait d’agression sexuelle ou phy­sique qui en res­sort. Pour­tant, il a atten­du deux an et demi pour pré­sen­ter ce docu­ment. La pro­cé­dure a mis du temps à se dérou­ler avant le juge­ment. Le maire de Fir­mi­ny n’a pas répon­du à cette inter­ro­ga­tion. Il rap­pelle que, suite à son appel, le juge­ment de pre­mière ins­tance est caduc. « Je suis donc pré­su­mé inno­cent ».

Concer­nant ses fonc­tions à Saint-Etienne Métro­pole, le maire de Fir­mi­ny sou­tient qu’il ne quit­te­ra pas ses fonc­tions de maire et de conseiller dépar­te­men­tal. Gaël Per­driau, maire de Saint-Etienne a déci­dé de lui reti­rer ses délé­ga­tions de maire et de conseiller dépar­te­men­tal. Gaël Per­driau, maire de Saint-Etienne a déci­dé de lui reti­rer ses délé­ga­tions de vice-pré­sident.



Les autres infos