Un mariage sous les coups

Il ne se souvient plus des coups portés sur elle, mais elle, si.

C’est à la mi-décembre que cet homme de 29 ans a commencé à frapper sa femme. Des coups chez eux, puis des claques à l’arrêt de bus du cours Fauriel à Saint-Etienne. Des passants dans la rue, témoins de la scène ont dû intervenir pour les séparer. La femme, blessée sérieusement, reçoit du médecin une ITT de quatre jours.

A l’audience, l’homme refuse de se souvenir des faits.

Le président de la cour lui demande s’il avait bu ce jour-là. Haithem répond : « Oui, presque une bouteille de whisky ». Il rajoute que sa femme lui avait dit beaucoup de mal. Haithem est originaire de Tunisie. Il est arrivé en France il y a un an. Ils se sont mariés en octobre.

Pour l’épouse, les débuts du mariage se sont très bien passés. « Mais au bout de quelques mois, il a commencé à m’insulter de plus en plus.

Une amie de la plaignante dénonce même un mariage blanc pour que Haithem ait des papiers. L’avocat de madame annonce à l’assemblée : Il ne se souvient de rien mais madame, elle, se souvient de tout.

Le procureur, Jean-Philippe Belperron estime que les faits sont très graves. Il y a eu des coups de poings, des coups de balais. L’avocat de Haithem assure que, de son côté, ce mariage n’était pas blanc car il aime sa femme. Pour lui, la réalité est toute autre : « Le mariage a été compliqué car des amies se sont mis en travers de leur vie de couple ».

Haithem est finalement condamné à quatre mois de prison avec sursis et une mise à l’épreuve de deux ans. Il a aussi interdiction de rentrer en contact avec la victime.

 

Vous aimerez lire aussi