Un point sur la réou­ver­ture des commerces

Depuis le 30 octobre der­nier, les com­merces dits « non essen­tiels » ont bais­sé le rideau dans la Loire en rai­son du confi­ne­ment géné­ral. Ces petits com­merces devraient fina­le­ment être auto­ri­sés à rou­vrir ce same­di 28 novembre 2020.

Le 12 novembre der­nier, le Premier ministre Jean Catex a annon­cé que les com­merces “non essen­tiels” res­te­raient fer­més pour quinze jours encore. Alors que beau­coup récla­maient une réou­ver­ture des petits com­merces au 27 novembre, BFMTV rap­porte qu’ils devraient fina­le­ment être auto­ri­sés à rou­vrir le same­di 28 novembre, mais à condi­tion de res­pec­ter un nou­veau pro­to­cole sani­taire ren­for­cé. Invité sur BFMTV le 9 novembre, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, confiait que la fer­me­ture des com­merces a été un « crève-cœur », mais « c’est la condi­tion pour que nous puis­sions redé­mar­rer sur les meilleures bases pos­sible », avait-il pré­ci­sé, cri­ti­quant une nou­velle fois les maires « irres­pon­sables » qui ont pris des arrê­tés les auto­ri­sant à rouvrir.

Les coif­feurs ouverts dès le 1èr novembre

Selon La Voix du Nord, Si les com­merces devraient rou­vrir autour du 1er décembre, il est pos­sible que le gou­ver­ne­ment auto­rise éga­le­ment les coif­feurs à reprendre leur acti­vi­té. « Nous sommes en train de régler les détails avec eux, car le pro­blème de la jauge de 8 m² semble plus déli­cat à suivre que dans d’autres pro­fes­sions », a indi­qué dimanche la ministre char­gée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, invi­tée de Radio J.

En revanche, pour les salles de spec­tacle et ciné­mas, « ce n’est pas la même chose », a‑t-elle esti­mé: « si on sait ren­for­cer les pro­to­coles sani­taires, rien ne l’empêche, mais ce n’est pas tout à fait la même his­toire: vous ne pou­vez mettre un client dans 8 m² dans une salle de ciné­ma, la salle de ciné­ma ne peut fonc­tion­ner, elle n’a plus de modèle économique ».

De son côté, Geoffroy Roux de Bézieux, pré­sident du Medef, récla­mait la réou­ver­ture au plus vite, comme beau­coup d’autres. « La bonne solu­tion, c’est de rou­vrir tous les com­merces, le plus rapi­de­ment pos­sible. Peut-être avec des condi­tions sani­taires plus strictes, peut-être avec des jauges à revoir, peut-être avec un sys­tème de ren­dez-vous. Mais on ne peut pas pas­ser le mois de décembre avec des maga­sins fer­més » avait-il ain­si décla­ré dans les colonnes du Monde le 10 novembre. « Ce serait un tsu­na­mi éco­no­mique. Et j’ajoute que l’impact va au-delà des com­merces : quand les maga­sins de jouets sont fer­més, ce sont des fabri­cants qui sont tou­chés » avait-il rajouté.

Des res­tau­rants et bars ouvert à par­tir du 1èr février ?

Selon Le Parisien, l’exécutif ne compte pas chan­ger d’avis. « Concernant les bars et les res­tau­rants, la date butoir est tou­jours celle fixée pour la fin du confi­ne­ment », indique-t-on dans l’entourage de Jean Castex. « Les pos­si­bi­li­tés d’assouplissement sont beau­coup moins grandes que pour les petits com­merces, car ce sont des lieux où l’on est pré­sent sans masque », pré­cise un haut fonc­tion­naire dans les colonnes du quotidien.

Depuis, le Premier ministre Jean Castex a lais­sé entendre, lors de sa der­nière confé­rence de presse, que les bars et res­tau­rants, fer­més depuis le recon­fi­ne­ment, devront faire preuve de patience. Selon les infor­ma­tions du Point, une réou­ver­ture éven­tuelle de ces éta­blis­se­ments de res­tau­ra­tion ne serait pas pré­vue avant le 15 jan­vier, voire le 1er février 2021.

Les autres infos