Une asso­cia­tion sou­haite le retour du Trolleybus

Hubert Azoulay, un pari­sien ins­tal­lé à Saint-Etienne depuis 1974 sou­haite son retour.

Il est pré­sident de l’association SaintéTrolleybus qui a pour but le retour des bus élec­triques. Elle a été créée cet été avec une dizaine de béné­voles avec les membres des Amis du Rail du Forez.

Les trol­ley­bus étaient au nombre de soixante-dix et cir­cu­laient sur sept lignes.

Le réseau a com­men­cé à être défait  au début des années 2000.

Aujourd’hui, seule la ligne M3 qui déserte La Cotonne et Terrenoire conti­nue de fonc­tion­ner. Sur cette ligne, seul un bus sur deux ou trois est un trol­ley­bus. Les week-end la STAS ne les fait pas circuler.

La socié­té de trans­port de l’agglomération sté­pha­noise ne dis­pose, à  ce jour, que de neuf bus élec­triques avec ces fameux bras qui atteignent les fils élec­triques au-des­sus des routes.

Pour l’association, les trol­ley­bus ont de nom­breux avan­tages, ils sont plus rapides dans les côtes, ils sont silen­cieux et non polluants.

A une époque où l’écologie reste un sujet fort en poli­tique, Hubert Azoulay demande le retour de ces bus. Même si, à l’achat, un trol­ley coûte cher (500 000 euros contre 200 000 euros), c’est l’équivalent d’un bus électrique.

Saint-Etienne Métropole n’est pas contre son retour sur les routes de Saint-Etienne. Un frein est quand même là : le prix. Son retour n’est pas pré­vu pour le moment.

Pour prendre contact avec l’association : saintetrolley@gmail.com

Les autres infos