une porte de sor­tie inté­res­sante se referme pour Robert Beric

Souvent ins­tal­lé sur le banc de touche, l’attaquant slo­vène de l’ASSE, Robert Beric, pour­rait, en cas d’offre inté­res­sante, quit­ter le Forez au cours du mer­ca­to d’hiver.

L’été der­nier, alors que le mer­ca­to sévis­sait encore, nom­breux étaient ceux qui annon­çaient le départ de Robert Beric. Revenu, quelques mois aupa­ra­vant, à l’ASSE, après un prêt pas vrai­ment syno­nyme de réus­site à Anderlecht, le Slovène sem­blait clai­re­ment bar­rer sur le front de l’attaque par Wahbi Khazri, Loïs Diony ou encore Romain Hamouma.

Le début de sai­son des Verts met­tait depuis en évi­dence les choix de l’entraîneur, Jean-Louis Gasset, sou­cieux d’accorder sa confiance à Diony, mais pas à Beric, envoyé sur le banc de touche. Et ce n’est pas la der­nière titu­la­ri­sa­tion du Slovène, 45 minutes contre le Stade Rennais (1–1), qui allait convaincre le coach sté­pha­nois. A quelques mois du terme de son contrat, Beric se retrouve donc dans une situa­tion dif­fi­cile. D’autant que son ancienne for­ma­tion, le Rapid de Vienne, ne semble plus être en mesure de le faire revenir.

Le direc­teur spor­tif du club autri­chien s’est en effet mon­tré très clair. Au tra­vers de pro­pos accor­dés à la presse locale, et retrans­crits par le site ama­teur peu­ple­vert, un détail impor­tant empêche désor­mais toute tran­sac­tion: « Nous avons eu des échanges l’été der­nier, mais Robert gagne un salaire beau­coup trop important. »

Reste désor­mais à Beric de prendre son mal en patience. Et de gagner du temps de jeu pour convaincre Gasset ou un club sou­cieux de ten­ter un pari. Le joueur étant libre dans quelques mois, ce n’est pas gagné…



Les autres infos