Une séna­trice en colère après avoir pas­sé la nuit sur la rocade de St-Etienne

Le Huffington post rap­porte que la séna­trice de la Loire, Cécine Cukierman, s’est dite « en colère » mar­di 30 octobre 2018 après avoir pas­sé la nuit dans sa voi­ture sur la rocade ouest de Saint-Etienne, comme des dizaines, voire plus, d’autres auto­mo­bi­listes blo­qués par la neige.

Jointe par l’AFP à la gare de Saint-Etienne, alors qu’elle s’ap­prê­tait à prendre un TGV pour Paris dans lequel elle espère “dor­mir un peu”, Cécile Cukierman regrette n’a­voir reçu “aucune infor­ma­tion”. “Personne n’est venu à notre ren­contre (…). Tous ceux qui étaient autour de moi, dont des familles avec des enfants et des per­sonnes âgées, ont été sur­pris par le manque d’hu­ma­ni­té des ser­vices publics dans ce contexte météo­ro­lo­gique qui pour­tant était annon­cé”, dénonce la parlementaire.

Il y a eu un manque de régu­la­tion des poids lourds qu’on a lais­sé s’en­gouf­frer sur des routes pen­tues (…). La coor­di­na­tion entre l’Etat et le dépar­te­ment, qui sont cha­cun en charge des routes, n’a pas fonc­tion­né. Il faut en tirer les consé­quences au plus vite”, com­mente la séna­trice communiste.

Elle explique à l’AFP avoir pas­sé la nuit dans sa voi­ture, “immo­bi­li­sée le long de la chaus­sée à par­tir de 21h30, sans eau, avec un châle pour seule couverture”.

Cécile Cukierman déplore n’a­voir vu “ni secours ni véhi­cule de dénei­ge­ment. A 4h30, nous avons été réveillés par des saleuses mais notre espoir a été déçu car elles ont cir­cu­lé seule­ment dans le sens oppo­sé au nôtre, alors que nous nous étions débrouillés pour pous­ser nous-mêmes sur le bord de la route les voi­tures immo­bi­li­sées afin de libé­rer le passage”.

©Photo France Bleu Saint-Etienne Loire

Donnez votre avis sur notre page Facebook



Les autres infos