Unieux : Un policier frappe sa femme

Ils sont en instance de divorce et apparem­ment ne se sup­por­t­ent plus, mais, pour faire bonne fig­ure, ils iront ensem­ble sup­port­er leur fils rug­by­man. C’est lors de ce dimanche en famille que le cou­ple va se chamailler. L’homme portera de nom­breux coups à sa femme.

Le policer fait pro­fil bas au tri­bunal cor­rec­tion­nel de Saint-Eti­enne. Avec son physique de rug­by­man, il ne nie pas les vio­lences faites à sa femme. 

Ce dimanche après-midi, la famille part pour sup­port­er leur fils qui va jouer un match de rug­by. Arrivé à prox­im­ité du stade, l’homme porte un pre­mier coup vio­lent à sa femme. « On était en retard comme d’habitude. Ma femme n’arrêtait pas de télé­phon­er et je lui ai dit d’accélérer mais elle ne voulait rien savoir ». Idem pour le retour à Unieux. « Elle m’a dit avec arro­gance : Tu ne montes pas à la mai­son ». Là , l’homme a « pété un boulon » comme il va le dire au juge. « Je lui ai porté un coup au pied ».

Sa femme porte plainte et le médecin pre­scrit dix jours d’ITT. Lors du procès, l’épouse évoque ses craintes. En plus des coups vio­lents, elle a peur pour sa vie « Oui, il m’a fait des men­aces de mort » déclare-t-elle à Wil­frid Expos­i­to, le juge qui s’occupe de l’affaire.

Ce dernier se tourne vers l’agent de police et lui dit « Et au retour, vous avez aus­si pété un boulon, comme vous dites ? ». La femme explique que, depuis que son mari l’a trompée il y a trois ans, il y a eu beau­coup de vio­lences.

Le juge demande à la femme « Votre fille a blo­qué le télé­phone de son père, vous avez eu des men­aces ? » elle répond que oui « beau­coup ». Le médecin par­lera de reten­tisse­ment impor­tant, le pro­cureur veut six mois avec sur­sis, une mise à l’épreuve de trois ans et une oblig­a­tion de se faire soign­er. Pour l’avocat du policer « Tout n’est pas blanc, tout n’est pas noir, et les forces de l’ordre sont mis­es à rude épreuve au quo­ti­di­en ».

L’avocat ne réus­sira pas à con­va­in­cre. Le juge suiv­ra la demande du pro­cureur et l’homme sera con­damné. 

Don­nez votre avis sur notre page Face­book



Les autres infos