Vous êtes O ? Vous avez moins de chance d’attraper la Covid !

Deux études, danoise et cana­di­enne, met­tent en lumière que les per­son­nes du groupe san­guin O auraient moins de chances d’être con­t­a­m­iné ou d’avoir une forme grave de la mal­adie.

Les patients O pro­tégés ?

L’é­tude danoise con­siste en l’analyse du groupe san­guin de 7 000 Danois testés posi­tifs à la Covid. Les chercheurs ont ensuite com­paré ces résul­tats avec le groupe san­guin de la pop­u­la­tion totale, pour démon­tr­er que “le groupe san­guin O est sig­ni­fica­tive­ment asso­cié à une sen­si­bil­ité réduite à l’in­fec­tion par le SRAS-CoV­‑2”. Expli­ca­tion : 42 % de la pop­u­la­tion danoise fig­ur­erait dans le groupe san­guin O, 42 % dans le groupe A, 11 % dans le B et 4 % dans le AB. Or, par­mi les 7 000 per­son­nes testées pos­i­tives, 38% ont un groupe san­guin O. Mais les taux de malades sont sim­i­laires pour les autres groupes san­guins.

Des formes plus graves pour les patients A et B

L’é­tude cana­di­enne révèle, elle, l’in­verse : les patients A ou AB sont plus vul­nérables que les patients du groupe O et B. L’é­tude a porté sur la pro­por­tion de malades néces­si­tant une ven­ti­la­tion mécanique.

Sur les 95 patients admis aux soins inten­sifs,  57 étaient du groupe san­guin O ou B et 38 du groupe san­guin A ou AB. Or, 32 des 38 patients de ce dernier groupe ont eu recours à de la ven­ti­la­tion mécanique (84 %), con­tre seule­ment 35 pour les patients O ou B (61 %).

Bien sûr, cela n’est pas une invi­ta­tion à faire la fête pour les indi­vidus de groupe san­guin O. Mais cela peut per­me­t­tre des avancées pour un pos­si­ble traite­ment ou un pos­si­ble vac­cin.

Les autres infos