18 mois ferme pour le père Peyrard

Il aura fallu des heures de débats et la succession de multiples témoignages, terribles et accablants, pour qu’il affiche un semblant de regrets, une part d’émotion, et livre de brèves explications sur ses multiples abus présumés.

Ce mardi, trois ans de prison, dont 18 mois ferme, ont été requis à l’encontre de Régis Peyrard, un ancien prêtre de 85 ans jugé devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne (Loire) pour « agression sexuelle sur mineur ». Apparu le regard baissé dans la salle d’audience pleine à craquer, l’ex-homme d’Eglise n’a pas tardé à relever la tête, laissant deviner, derrière une allure de vieillard, le charisme, l’autorité, la prestance décrite par sa victime.

Une victime non prescrite mais de multiples autres agressions relatées

Face à ce Ligérien de 37 ans, le seul sur des dizaines de victimes présumées pour lequel les faits reprochés ne sont pas prescrits, l’ancien curé n’a pas contesté les attouchements. Pas plus qu’il n’a nié les agressions sexuelles, les assauts pédophiles racontés à la barre par des victimes, prescrites certes, mais citées par le parquet pour venir étayer leurs récits.

Des témoignages glaçants et détaillés, « des mains dans le caleçon », « sur le sexe », « sur les fesses », des étreintes, des caresses, révélant, sur des décennies d’écart, le mode opératoire de l’ancien curé, qui a reconnu des pulsions et a admis s’être attaqué à des enfants « par surprise ».

« Je ne conteste pas les faits, par contre je ne sais pas jusqu’où ça a pu aller », a expliqué l’ancien curé face à sa plus récente victime. « Je reconnais, mais je ne me souviens plus bien », a-t-il répété à plusieurs reprises face aux hommes venus témoigner du calvaire subi à la cure, à l’aumônerie ou dans un chalet de Savoie où pendant vingt ans l’ancien curé a organisé des colonies d’ados.

« Une amnésie sélective »

Régis Peyrard a en revanche fermement contesté le viol relaté à la barre par un sexagénaire, dont le récit a glacé la salle d’audience. « Vous faites preuve d’une amnésie sélective. J’ai des aveux très circonstanciés sur des faits prescrits et pas circonstanciés sur des faits qui ne sont pas prescrits », a regretté le procureur de la République, en mettant Régis Peyrard face à ses responsabilités.

« Lorsque vous avez dérapé la première fois et fait votre première victime, vous saviez que vous n’étiez pas le plus fort. Il était de votre responsabilité de prendre vos dispositions à ce moment-là et de ne plus être dans une stratégie de contacts permanents avec des enfants », a souligné le procureur.

« Je suis un salaud », déclare l’ancien curé

« Aujourd’hui, c’est à Régis Peyrard de permettre aux victimes de renaître et de retrouver le chemin de l’apaisement », a souligné Jean Sannier, l’avocat de la partie civile. Acculé, l’ancien curé a fini par craquer, un peu, devant ses victimes. « J’en tire la conséquence que je suis un salaud. J’ai fait des gestes que je ne croyais pas si difficiles pour eux. Mais je m’aperçois que cela leur a fait beaucoup de mal. Je le regrette et je demande pardon », a déclaré l’ancien aumônier.

Des excuses tardives et poussives auxquelles l’un des témoins a rétorqué, non sans un brin d’humour : « Je mets mon pardon en délibéré ». Tout comme le jugement, qui doit être rendu le 21 décembre.



Vous aimerez lire aussi