A 24 ans il vend des voitures qu’il a louées

Ismaïl Ait-Oubella a le physique du premier de la classe. Il se présente au tribunal avec son t-shirt de grande marque, sur le nez des petites lunettes rondes. Un bouc bien coupé et des cheveux gominés. A la vue de ce jeune homme, on imagine mal retrouver un voyou. Et pourtant, le jeune homme a vendu une cinquantaine de voitures via leboncoin.fr.

Il aura vendu à un jeune couple une fiat 500 pour 12 000 euros. Le véhicule était la propriété d’un loueur de véhicules de Clermont-Ferrand. Ismaïl Ait-Oubella a escroqué de nombreuses personnes entre 2015 et 2017. Bien sûr, lors des ventes, tout est faux : les billets de banque pour payer les voitures, les virements bancaires et les cartes grises. Au tribunal de Saint-Etienne, le juge, Roland Cuer consulte le dossier en fronçant les sourcils. Le casier est bien rempli.

A la barre et devant le juge, Ismaïl ne nie rien. Le juge donne quelques exemples de filouterie : Un garagiste de Saint-Etienne va lui acheter une Clio, et veut acheter un autre véhicule. Il se fera escroqué de 15 000 euros. Ismaïl Ait-Oubella lui remet les cartes grises qui sont bien sûr fausses. Pour acheter des voitures sans rien dépenser, Ismaïl va voler un chéquier à un particulier de Vénissieux.

Le juge demande à Ismaïl Ait-Oubella où est le butin des ventes. « Il y a des centaines de milliers d’euros gagnés dans ces escroqueries ». Ismaïl Ait-Oubella ne se démonte pas et répond du tac au tac. « Je n’escroque pas pour le plaisir, je ne gagne rien. C’est juste pour payer mes dettes au jeu ». L’homme explique qu’il doit 100 000 euros. « Je dois beaucoup d’argent car je joue au poker ». Pour l’avocat du jeune garçon, il s’est remis en question. « Il suit une formation de web designer et il a l’air très doué dans ce domaine ».

Mais le juge n’est pas décidé à laisser l’accusé libre. Dans la salle du tribunal de Saint-Etienne, on attend avec impatience le jugement. Il sera condamné à trois ans ferme. Ismaïl propose de rembourser les victimes « Je peux rembourser 200 euros par mois ». L’air amusé, le juge Roland Cuer lui répond « ça vous mène amplement à la retraite à ce train-là ». Pas sûr que toutes les victimes soient vraiment remboursées, mais au moins le prévenu n’est pas prêt de recommencer.

Donnez votre avis sur notre page Facebook



Vous aimerez lire aussi