A 24 ans il vend des voitures qu’il a louées

Ismaïl Ait-Oubel­la a le phy­sique du pre­mier de la classe. Il se pré­sente au tri­bu­nal avec son t-shirt de grande marque, sur le nez des petites lunettes rondes. Un bouc bien cou­pé et des che­veux gomi­nés. A la vue de ce jeune homme, on ima­gine mal retrou­ver un voyou. Et pour­tant, le jeune homme a ven­du une cin­quan­taine de voi­tures via leboncoin.fr.

Il aura ven­du à un jeune couple une fiat 500 pour 12 000 euros. Le véhi­cule était la pro­prié­té d’un loueur de véhi­cules de Cler­mont-Fer­rand. Ismaïl Ait-Oubel­la a escro­qué de nom­breuses per­sonnes entre 2015 et 2017. Bien sûr, lors des ventes, tout est faux : les billets de banque pour payer les voi­tures, les vire­ments ban­caires et les cartes grises. Au tri­bu­nal de Saint-Etienne, le juge, Roland Cuer consulte le dos­sier en fron­çant les sour­cils. Le casier est bien rem­pli.

A la barre et devant le juge, Ismaïl ne nie rien. Le juge donne quelques exemples de filou­te­rie : Un gara­giste de Saint-Etienne va lui ache­ter une Clio, et veut ache­ter un autre véhi­cule. Il se fera escro­qué de 15 000 euros. Ismaïl Ait-Oubel­la lui remet les cartes grises qui sont bien sûr fausses. Pour ache­ter des voi­tures sans rien dépen­ser, Ismaïl va voler un ché­quier à un par­ti­cu­lier de Vénis­sieux.

Le juge demande à Ismaïl Ait-Oubel­la où est le butin des ventes. « Il y a des cen­taines de mil­liers d’euros gagnés dans ces escro­que­ries ». Ismaïl Ait-Oubel­la ne se démonte pas et répond du tac au tac. « Je n’escroque pas pour le plai­sir, je ne gagne rien. C’est juste pour payer mes dettes au jeu ». L’homme explique qu’il doit 100 000 euros. « Je dois beau­coup d’argent car je joue au poker ». Pour l’avocat du jeune gar­çon, il s’est remis en ques­tion. « Il suit une for­ma­tion de web desi­gner et il a l’air très doué dans ce domaine ».

Mais le juge n’est pas déci­dé à lais­ser l’accusé libre. Dans la salle du tri­bu­nal de Saint-Etienne, on attend avec impa­tience le juge­ment. Il sera condam­né à trois ans ferme. Ismaïl pro­pose de rem­bour­ser les vic­times « Je peux rem­bour­ser 200 euros par mois ». L’air amu­sé, le juge Roland Cuer lui répond « ça vous mène ample­ment à la retraite à ce train-là ». Pas sûr que toutes les vic­times soient vrai­ment rem­bour­sées, mais au moins le pré­ve­nu n’est pas prêt de recom­men­cer.

Don­nez votre avis sur notre page Face­book



Les autres infos