A 45 : l’État va-t-il man­quer à sa parole ?

Communiqué de presse de, Gaël Perdriau, Maire de Saint-Étienne et Président de Saint-Étienne Métropole, Laurent Wauquiez, Président de la Région et Georges Ziegler, Président du Conseil dépar­te­men­tal de la Loire écrive :

 

« Depuis hier, la presse se fait l’écho de l’existence d’un ou plu­sieurs sce­na­rii alter­na­tifs à la

construc­tion de l’A45, que l’État pour­rait expo­ser très prochainement.

Ces hypo­thèses de tra­vail, dont le coût serait esti­mé entre 300 et 400 mil­lions d’euros,

com­pren­draient la construc­tion d’un ouvrage d’art (deuxième pont à Givors sur le Rhône)

avec un contour­ne­ment du centre com­mer­cial de Givors ain­si qu’un volet ferroviaire

com­pris entre 70 et 90 mil­lions d’euros.

Ces pro­jets n’ont rien de nou­veau et ont été tou­jours écar­tés, depuis des années, car ne

répon­dant pas aux défis posés par le déve­lop­pe­ment des infra­struc­tures de trans­port, afin de

ren­for­cer les atouts éco­no­miques de la région sté­pha­noise et, au-delà, de la Haute-Loire.

Cela prouve, en l’état des infor­ma­tions dis­po­nibles, que la ques­tion du coût de l’A45 n’est

pas un problème.

En effet, l’État doit appor­ter, comme il s’y est enga­gé, 400 mil­lions d’eu­ros, qu’il pro­pose de

rem­pla­cer, désor­mais, sui­vant les sce­na­rii, par une contri­bu­tion d’un même montant.

La ques­tion des éco­no­mies à réa­li­ser est donc un pré­texte pour ne pas mener à terme l’A45.

Une fois encore, nous rap­pe­lons avec force et déter­mi­na­tion, que l’État s’est enga­gé en 2016

et 2017 à par­ti­ci­per à la construc­tion de cet équipement.

Le Conseil dépar­te­men­tal de la Loire ain­si que la Région Auvergne-Rhône-Alpes ont décidé

de finan­cer, au même titre que Saint-Étienne Métropole, cet équi­pe­ment de façon conjointe

pour un mon­tant équi­valent à celui de l’État de 400 mil­lions d’euros.

Le solde de finan­ce­ment, repré­sen­tant 50 %, étant à la charge du délégataire.

L’État conti­nue, depuis l’élection du nou­veau Président de la République, sa «val­se­hé­si­ta­tion

» autour de la future A45, igno­rant les attentes des habi­tants et des entre­prises de

la région qui, chaque jour, empruntent l’A47, équi­pe­ment vétuste et dont la dan­ge­ro­si­té a été

mise en évi­dence par de nom­breuses études.

Le temps est donc venu que le Gouvernement assume, au nom de la conti­nui­té républicaine,

la parole don­née par ses prédécesseurs.

Il doit ces­ser d’amuser des cen­taines de mil­liers d’habitants ain­si que l’ensemble des acteurs

éco­no­miques qui ne com­prennent plus la logique pour­sui­vie, car elle semble n’obéir qu’à

des inté­rêts locaux et caté­go­riels, au détri­ment de l’intérêt géné­ral de la région stéphanoise,

deuxième pôle d’activité éco­no­mique de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ».

 



Les autres infos