La Chronique de Martial : soyons des hommes féministes de toute urgence !

Il est aberrant, encore de nos jours, qu’une femme doive se justifier de la tenue vestimentaire qu’elle porte. Femme, ta jupe n’est pas offensante ! C’est le regard malsain que l’autre porte sur toi qui est offensant. Quand le Ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, demande à ce que soit respectée la tenue républicaine dans nos écoles, je sors de mes gonds. À quoi cela ressemble une tenue républicaine ? Au décolleté plongeant de Marlène Schiappa ? N’est-ce pas contradictoire ?

Marianne, symbole de notre République est représentée dans les allégories de tous âges le sein nu parce qu’elle est libre. Toutes les femmes n’auraient pas le droit d’être libres à en croire nos autorités. Mais qu’on l’entende ainsi, la femme n’a pas attendu 2020 pour revendiquer ses droits et plus que jamais, nous les hommes, devons mettre nos chaussons dans les siens.

Il en va de notre démarche, de notre conscience et notre progressisme de défendre nos concitoyennes, celles qui osent, celles qui s’affirment, celles qui réclament leur place plus que légitime à nos côtés. Parce qu’elles ont fait l’Histoire, parce qu’elles ont assuré le travail de l’homme quand il partait à la guerre(et sûrement même mieux), parce qu’elles nous ont enfanté, parce qu’elles sont la France, parce que quand une femme dit « non » c’est non.

Dénigrons les concours de beauté, qui n’ont autre but que de réduire les femmes à ce qu’elles ne sont pas, c’est-à-dire être comparées entre elles et considérées comme des objets de beauté incapables de penser. Une bonne fois pour toute, revendiquons la parité, leurs formes, leurs hanches, leur façon de penser, protégeons-les contre leurs agresseurs, laissons-les s’exprimer sans aucune censure, donnons-leur le même salaire qu’un homme et changeons nos attitudes et nos tics de langage. Oui messieurs, derrière chaque grande femme il peut y avoir un homme de l’ombre. Cela fonctionne dans les deux sens. Avons-nous imaginé un jour représenter Dieu par le visage d’une femme ? Et pourquoi pas ?

Si nous ne prenons pas la parole pour le droit de la femme, qui le fera ? Soyons pour toujours des hommes féministes, modernes, insurgeons-nous ! Supprimons de nos calendriers la journée de la femme, célébrons-la chaque jour. N’oublions jamais que nous sommes issus d’une femme et qu’il en sera ainsi jusqu’à la fin des temps.

Martial Mossmann

Les autres infos