Fermeture des agences ban­caires, un pro­blème dans les villages

Avec la ges­tion des comptes sur le digi­tal, et des agences en milieu rural qui ne rap­portent pas assez aux banques, les fer­me­tures d’agences dans la Loire pour­raient continuer.

Au jour­nal Le Progrès, Pascal Poncet, le maire de Saint-Just-en-Chevalet, dit ne pas com­prendre la fer­me­ture d’une agence BNP Paribas dans le centre de sa ville. « Cette fer­me­ture n’était pas jus­ti­fiée, ça ne coû­tait à la banque que quelques cen­taines d’euros par an. Ils ne m’ont rien dit, je l’ai appris par des clients qui ont reçu des flyers dans leurs boîtes aux lettres ».

D’autres fer­me­tures pour­raient avoir lieu dans le dépar­te­ment de la Loire. Avec inter­net et l’intelligence arti­fi­cielle, ça ne devrait pas s’arranger. Pour Marc qui habite Champdieu : « C’est un véri­table pro­blème, pour nous qui habi­tons un petit vil­lage, les habi­tants vieillissent et n’ont pas envie de faire des kilo­mètres pour reti­rer de l’argent ».

Des pers­pec­tives qui inquiètent les maires ruraux. C’est désor­mais “un exer­cice conve­nu”, recon­naît Vanik Berberian, le pré­sident de l’Association des maires ruraux de France (AMRF), en pré­sen­tant, à l’ap­proche de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, “le point de vue” et “les dix prio­ri­tés” des maires des com­munes rurales de moins de 3.500 habi­tants dont il entend être le porte-parole. Une façon, a mini­ma, de rap­pe­ler, si besoin était, que ces maires ne sont pas là que pour appor­ter leurs par­rai­nages aux futurs can­di­dats… L’enjeu pour les maires ruraux, c’est de pou­voir gar­der des dis­tri­bu­teurs dans leurs villes.

A Marlhes, la com­mune a réus­si à faire reve­nir une agence du Crédit Agricole avec un dis­tri­bu­teur de billets. « C’est arri­vé au moment où La Poste vou­lait fer­mer son agence » explique la Maire, Anne Droin au jour­nal Le Progrès. Mais elle rajoute qu’il a fal­lu que la com­mune apporte 25 000 euros pour gar­der ce service.

Une loi pour contrer la déser­ti­fi­ca­tion bancaire

Le Sénat sou­haite obli­ger les banques à gar­der des ser­vices dans les petites villes. La loi a été votée et devra obli­ger les banques à réins­tal­ler un dis­tri­bu­teur de billets dans un rayon de 10km si aucun n’est dis­po­nible à proxi­mi­té. Une loi qui devra être vali­dée par l’Assemblée Nationale. Pas gagné, quand on sait que la secré­taire d’Etat auprès du ministre de l’économie, Agnès Pannier-Runacher, et les banques res­tent peu convain­cues par l’idée.



Les autres infos