Gasset vic­time de la guerre Caïazzo-Romeyer ?

Alors que l’AS Saint-Etienne sort d’une sai­son for­mi­dable avec un ticket en Europa League, l’hu­meur n’est pas badine en interne, l’a­ve­nir de Jean-Louis Gasset sur le banc des Verts étant pour le moins très incer­tain. Une réunion confi­den­tielle la semaine pas­sée entre le coach de l’ASSE et ses deux pré­sident a mis le feu au poudre, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo fai­sant com­prendre à JLG que son effec­tif allait être modi­fié mais pro­ba­ble­ment pas ren­for­cé. De quoi pous­ser Jean-Louis Gasset à par­tir, ce qui semble devoir être le cas. Mais ce lun­di, Le Progrès en dit plus sur la situa­tion actuelle chez les Verts.

Car à prio­ri le dos­sier de l’en­traî­neur est la par­tie visible d’un ice­berg. « Après une pre­mière entre­vue lun­di der­nier avec la dou­blette Romeyer-Caïazzo qui ne l’a pas ras­su­rée, Jean-Louis Gasset doit revoir les deux hommes ce mar­di. Mais avec en toile de fond l’opposition per­sis­tante entre les deux action­naires à qui il va deman­der des garan­ties spor­tives sur l’effectif. Mais avec quels leviers d’investissements ? C’est l’éternelle bataille entre la logique spor­tive et la logique éco­no­mique. Caïazzo, qui mili­te­rait en cou­lisses pour le retour d’Éric Blondel, l’ancien team mana­ger, pour ser­vir de tam­pon entre Gasset et sa direc­tion », explique le quo­ti­dien régio­nal, qui pense que l’en­traî­neur sté­pha­nois est une vic­time col­la­té­rale de cette lutte au som­met. Dommage.



Les autres infos