Geoffroy-Guichard trop grand ?

La ville passe pour un bon élève auprès de la cour des comptes.

Cette der­nière a publié un rap­port détaillé sur les aides publiques. Saint-Etienne a inves­ti plus de 70M€ en par­te­na­riat avec la ville de Saint-Etienne pour l’accueil du public dont 69,4M€ HT pour la réno­va­tion du stade et des alen­tours. Des bons chiffres selon la cour des comptes. Seule Toulouse a fait mieux avec 40M€. Lille et Lyon ont fait les plus gros investissements.

Saint-Etienne a choi­si de réno­ver le stade plu­tôt que d’en construire un nou­veau. Le coût d’investissement a été de 1551 euros par place pour Geoffroy-Guichard, Lens a sor­ti 1842 euros par place, Marseille a dépen­sé 4176 euros , Lyon n’a pas regar­dé à la dépense avec 6927 euros par place.

Le rap­port des comptes indique que mal­gré l’aide de l’état, de la région, du dépar­te­ment, et de la ville, la réno­va­tion du stade a pesé sur les finances de la métro­pole Stéphanoise.

Pour les grands évé­ne­ments euro­péens l’UEFA demande un nombre mini­mum de places, mais la réno­va­tion du stade Geoffroy-Guichard n’a pas réel­le­ment ser­vi à faire venir plus de monde aux matchs de Ligue 1 avec une capa­ci­té de 42 000 places, un taux de fré­quen­ta­tion qui culmine autour de 80% dans les der­nières saisons.

L’ASSE et Saint-Etienne Métropole se sont ren­con­trées pour dis­cu­ter d’un nou­veau mode de loca­tion du stade.

Le chau­dron a accueilli 4 matchs pen­dant l’Euro, 168 000 euros de billets ven­dus. Quant à l’organisation de l’événement ; elle a coû­té 3,9 mil­lions d’euros. Les recettes ont été de 2 mil­lions d’euros issus du finan­ce­ment de l’état et de la loca­tion du stade par l’UEFA.

Les autres infos