La femme du maçon tué dans la Loire arrêtée

Une grosse dis­pute de cou­ple pour­rait être à l’origine du drame. Sept mois après la mort par arme à feu d’un arti­san maçon dans les monts du Lyon­nais, la femme de ce dernier vient d’être écrouée.

La femme du maçon avait été soupçon­née dès le début de l’enquête mais les gen­darmes n’avaient pas assez d’éléments pour l’interpeller. La mort de cet homme était sus­pecte. La mai­son n’avait pas été cam­bri­olée et surtout aucune infrac­tion n’avait été remar­quée sur les portes et fenêtres. C’est la femme, Rose Zira­ta qui avait alerté les sec­ours après la décou­verte du corps. Le corps de Michel Zira­ta décou­vert sans vie le 21 sep­tem­bre 2018 était en putré­fac­tion. D’après Rose Zira­ta, inter­rogée en garde à vue, le drame se serait pro­duit le 16 sep­tem­bre. Elle aurait quit­té le domi­cile pour y revenir le 21 sep­tem­bre.

Tué sur son canapé devant la télé

Après plusieurs mois d’enquête, la sec­tion de recherche de Lyon a inter­pel­lé Rose Zira­ta la semaine dernière à Pouil­ly-sous-Char­lieu, à côté de Roanne. Son nou­veau com­pagnon a été libéré après avoir été mis en cause. Lors de sa garde à vue, Rose Zira­ta a expliqué avoir tué son mari après une dis­pute. Elle a atten­du qu’il se soit endor­mi devant la télé sur le canapé pour lui tir­er une balle dans le crâne. Au début de l’expertise du corps, le médecin légiste avait pen­sé à un choc sur la tête. Mais finale­ment, après l’autopsie, il a été recon­nu que le mari avait bien reçu une balle sur le front.

Suite aux indi­ca­tions de la femme, les enquê­teurs ont retrou­vé l’arme du crime dans un cours d’eau de la Loire. Le cou­ple ne vivait plus ensem­ble depuis quelque temps mais se retrou­vait le week-end. Et sou­vent, de nom­breuses dis­putes éclataient. Ils en venaient régulière­ment aux mains. La dernière dis­pute fut fatale pour Mon­sieur Zira­ta. Agé de 47 ans, Madame Zira­ta a été mise en exa­m­en pour le meurtre de son mari. Depuis mer­cre­di, elle est en déten­tion pro­vi­soire en atten­dant son procès.



Les autres infos