La secrétaire d’État à l’Économie refuse de fixer un prix maximum pour certains masques

Aujourd’hui, les reven­deurs de masques chi­rur­gi­caux à usage unique ne peuvent pas les vendre à plus de 95centimes l’unité et 80 cen­times pour la vente en gros. Le gou­ver­ne­ment devrait stop­per cet enca­dre­ment ce same­di. Cette mesure va se pro­lon­ger fina­le­ment jusqu’à la fin de l’état d’urgence. Mal­gré cette annonce, Agnès Pan­nier-Runa­cher, la secré­taire d’État à l’Économie refuse que cer­tains masques soient en prix blo­qué afin que les fran­çais puissent en pro­fi­ter dans la limite d’un prix rai­son­nable. Pour elle, « Il ne faut pas bri­der l’innovation chez les entre­prises qui tra­vaillent sur cer­tains pro­to­types ». Dans la Loire, il est donc pos­sible de trou­ver des masques à tous les prix, par­fois très chers et sans plus grande per­for­mance que ceux à 95 cen­times. Soyez atten­tif aux prix chez les com­mer­çants.

Pour­tant, la répres­sion des fraudes avait été char­gée de mul­ti­plier les contrôles pour s’assurer qu’ils étaient ven­dus à des prix rai­son­nables acces­sibles au plus grand nombre dans la Loire. C’est un qui­pro­quo incroyable. Mais com­bien devons-nous payer les masques et les gels ? Quel est le prix nor­mal ? Com­ment les prix sont-ils cal­cu­lés ? Les prix fluc­tuent au jour le jour. Cela dépend même de l’activité de l’aéroport de Pékin. Au début, les prix ont été très hauts. Près de 50 fois la nor­male. Main­te­nant on est reve­nu à 30 fois le prix d’une situa­tion hors Covid.

Un exemple de prix d’achat hors TVA obte­nus cette semaine :

  • Masque chi­rur­gi­cal : de 0,70 à 1 euro
  • Masque en tis­su : 3,50 euros (triple couche – 6 lavages)
  • Masque FFP2 : 4,40 à 6,90 euros
  • Gel dés­in­fec­tant : de 13 à 16 euros le litre.
Les autres infos