Les salles de sport s’organisent pour res­pec­ter les pro­to­coles sanitaires

La crise n’épargne pas les salles de sport qui, pour la plu­part, conti­nuent à pré­le­ver leurs adhé­rents. Surveillez vos pré­lé­ve­ments. La date de réou­ver­ture n’est pas encore défi­nie (le 2 juin, au plus tôt), mais les salles de fit­ness s’organisent pour res­pec­ter les très stricts pro­to­coles sanitaires.

1 Désinfecter, dés­in­fec­ter, désinfecter !

Dans la Loire, les diri­geants de salles de sport pro­fitent de l’inactivité pour for­mer le per­son­nel aux nou­velles pro­cé­dures de net­toyage, de dis­tan­cia­tion sociale, de pré­ven­tion. « On a com­men­cé début mai, on sait qu’on va vivre avec le Covid plu­sieurs mois », indique un dirigent. Les salles n’ont pas atten­du le coro­na­vi­rus pour se mettre en ordre de marche sur l’hygiène. « Je dés­in­fecte tou­jours tout ». Les salles met­taient à dis­po­si­tion des clients, à côté des machines, des bidons de pro­duits net­toyants à asper­ger après uti­li­sa­tion. Qu’est-ce qui va chan­ger ? « On leur don­ne­ra des bidons indi­vi­duels de viru­cide à l’entrée, il y aura du gel hydro­al­coo­lique dis­po­sé un peu par­tout et nos per­son­nels net­toie­ront eux aus­si régu­liè­re­ment ». Le minis­tère des Sports pré­co­nise aus­si aux salles de fit­ness de véri­fier les sys­tèmes de ven­ti­la­tion, de VMC, de chauf­fage avant réouverture.

2 Les usa­gers espa­cés, des appa­reils supprimés

Les espaces entre deux clients sont habi­tuel­le­ment assez aléa­toires. « Ça peut varier entre une petite et une grande salle », explique l’un des direc­teurs de salle. Toutes les struc­tures devront, désor­mais, res­pec­ter une dis­tan­cia­tion sociale mini­male de 4 m² par usa­ger qui pour­ra aller jusqu’à 10 m² dans le cas d’une acti­vi­té intense ! « On est par­tis (après concer­ta­tion entre pro­fes­sion­nels du sec­teur) sur une base de 5 m² ». Les stu­dios sépa­rés, qui pro­posent des séances vidéo et pou­vaient accueillir une à quatre per­sonnes, seront limi­tés à une seule. Il y aura éga­le­ment moins de machines. Les salles condam­ne­ront à peu près un appa­reil sur deux et ne main­tien­dront que les équi­pe­ments basiques (vélo, tapis de course, appa­reils de musculation…).

3 Fréquentation limitée

« Les horaires d’ouverture au public pour­ront être frac­tion­nés dans la jour­née », pré­cise le guide de recom­man­da­tions des équi­pe­ments spor­tifs, sites et espaces de pra­tiques spor­tives du minis­tère des Sports. Plus qu’une invi­ta­tion option­nelle, c’est une direc­tive claire adres­sée aux pro­fes­sion­nels du fit­ness pour gérer les flux de clients. « On a pré­vu d’indiquer sur inter­net l’état de la fré­quen­ta­tion pour évi­ter à nos adhé­rents de se dépla­cer pour rien ».

4 Services res­treints au minimum

Les douches seront fer­mées, les ves­tiaires seront, selon les enseignes, fer­més ou res­treints à un sur deux. Les sèche-che­veux, sèche-mains, aspi­ra­teurs, qui engendrent un risque impor­tant de pro­pa­ga­tion, seront inac­ces­sibles. Le guide pra­tique du minis­tère des Sports pré­co­nise l’arrivée en tenue des usa­gers, munis d’un sac plas­tique conte­nant leurs chaus­sures de sport. Les dis­tri­bu­teurs de bois­sons ou de frian­dises seront condam­nés, le client sera muni d’une bou­teille indi­vi­duelle et marquée.

5 Sens de cir­cu­la­tion et mar­quage au sol

Pour évi­ter les concen­tra­tions d’usagers, les gérants sont invi­tés à ins­tau­rer un sens de cir­cu­la­tion dans leurs salles, avec portes d’entrée (à lais­ser dans la mesure du pos­sible ouverte si elles ne sont pas auto­ma­tiques) et portes de sortie.

Les autres infos