La Talaudière : Un couple frappé par des fêtards

Tout débute par des per­son­nes faisant trop de bruit à la ter­rasse d’un café.

Un habi­tant de La Talaudière habi­tant près du bar, demande, de son bal­con, aux fêtards de faire moins de bruit.

Voy­ant que les coupables con­tin­u­aient le tapage noc­turne, le voisin descend dans le hall de son immeu­ble pour se plain­dre. Il prend des coups vio­lents et sa femme qui accourt pour ten­ter de le pro­téger se fait tabass­er égale­ment.

C’était il y deux ans, le sex­agé­naire a dû pren­dre un jour d’ITT et sa femme quar­ante.

Gré­go­ry est l’un des accusés qui a dû répon­dre des faits au tri­bunal cor­rec­tion­nel.

« Je ne com­prends pas, si je les avais agressés, je serais ren­tré chez moi pour ne pas être con­trôlé par la police ». Il con­tin­ue de clamer son inno­cence. « Je n’ai pas par­ticipé aux agres­sions, au con­traire je me suis inter­posé ».

Le prési­dent, François Bouri­aud, lui demande s’il avait bu. Gré­go­ry lui répond que oui.

Les accusa­teurs, l’homme et la femme, dérangés par le bruit insis­tent : « C’est bien lui qui nous a agressés. Il a piét­iné ma femme ».

L’avocat de la par­tie civile déclare que les con­séquences sont ter­ri­bles pour le cou­ple. Mon­sieur est en dépres­sion et sa femme souf­fre tou­jours, deux ans après, de la cheville, elle va devoir être réopérée et devra garder des séquelles à vie.

Le tri­bunal a mis sa déci­sion en délibéré au 15 jan­vi­er.

Les autres infos