Le club de l’ASSE au cœur d’une affaire de racisme

Après avoir reçu, il y a une semaine, une vidéo raciste à son égard, l’attaquant de l’ASSE, Denis Bouanga, répond pour la pre­mière fois ce dimanche.

Un mes­sage plein de tolé­rance dif­fu­sé sur Twitter

Quelques jours après avoir reçu la fameuse vidéo, le jour s’est expri­mé sur son compte Twitter. Son mes­sage, d’une tren­taine de lignes, est plus bien­veillant que har­gneux. Denis Bouanga a effec­ti­ve­ment pré­fé­ré remer­cier la qua­si-tota­li­té de ses sup­por­ters qui l’ont sou­te­nu tout au long de sa car­rière et qui, une fois de plus, l’accompagnent dans cette triste his­toire. Il adresse éga­le­ment des remer­cie­ments à ses coéqui­piers dont il juge leur sou­tien « indéfectible ».

Des pour­suites judi­ciaires en cours

Même si le joueur n’exprime pas une once de revanche dans son mes­sage, il consi­dère qu’il est impor­tant de ne pas lais­ser pas­ser cette his­toire sans agir. Il dit dans son tweet : « Ne rien faire serait une forme de renoncement. »

Il a donc aler­té le club de sup­por­ters Magic fans auquel appar­tiennent, selon les dires de nos confrères du Progrès, ceux qui ont envoyé la vidéo. Le club, outré, a immé­dia­te­ment déci­dé de les exclure. D’autre part, le club de l’ASSE a por­té plainte contre X et le par­quet a ouvert une enquête.

Denis Bouanga ter­mine son mes­sage par : « Que vive la tolé­rance, que vive le métis­sage, que vive la vie. Encore merci. »

Les autres infos
Les autres infos