Le maire de Firminy fait appel de sa condamnation

Le maire PCF de Firminy, Marc Petit, a déci­dé de faire appel de sa condam­na­tion à un mois de pri­son avec sur­sis pour agres­sion sexuelle.

Les faits remontent au 17 juillet 2016, lors d’un voyage pro­fes­sion­nel en Turquie.  Une employée du conseil dépar­te­men­tal du Puy-de-Dôme aurait été agres­sée par le maire de Firminy. Le 14 février der­nier, le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Saint-Etienne a condam­né Marc Petit à un mois de pri­son avec sur­sis. Dès le len­de­main de l’annonce, le maire de Firminy s’est décla­ré inno­cent et a annon­cé qu’il ne démis­sion­ne­ra pas de son poste de maire.

Après le ver­dict, des conseillers muni­ci­paux et des adjoints à la mai­rie, dont 9 femmes de sa majo­ri­té et 7 élus d’opposition ont fait savoir qu’ils sou­hai­taient la démis­sion de Marc Petit et ont deman­dé la tenue d’un conseil muni­ci­pal extra­or­di­naire. Le Maire de Firminy vient de rap­pe­ler qu’il n’était pas ques­tion pour lui de démis­sion­ner. Il a d’ailleurs fait appel de sa condam­na­tion. L’affaire sera reju­gée fin 2019 voire début 2020.



Les autres infos