Macron va intervenir à la télé

Officiellement, rien n’est encore acté à l’agenda du président. Mais officieusement, l’hypothèse d’une nouvelle allocution télévisée d’Emmanuel Macron avant la fin de la semaine n’est plus qu’un secret de polichinelle. « Il y réfléchit, cela fait plusieurs jours que c’est en discussion », consent sobrement un parlementaire qui a ses entrées à l’Élysée, alors que deux dates semblent tenir la corde selon nos informations : mercredi soir ou jeudi soir. Il s’agirait alors de la troisième intervention solennelle du chef de l’État depuis son bureau, après celles du 12 et du 16 mars.

Après avoir laissé Edouard Philippe occuper le front politico-médiatique la semaine dernière — notamment devant la mission d’information de l’Assemblée nationale mercredi 1er avril et en prime time le lendemain sur TF1 —, Macron reprend en effet la main. Dès cet après-midi où il se rend en Seine-Saint-Denis pour visiter la Maison de santé pluridisciplinaire de Pantin. Et donc dans les tout prochains jours à l’occasion de cette allocution qui doit lui permettre d’aborder plusieurs sujets.

Clarifier un certain nombre de points en suspens

A commencer par le prolongement du confinement, qui ne fait guère de doute à ce stade, et au moins pour quinze jours encore. L’occasion pour le président de rappeler que le pic de l’épidémie n’est pas encore atteint et, donc, d’inviter les Français à respecter plus que jamais les règles évidentes de distanciation sociale malgré la tentation de sortir sous l’effet des beaux jours.

Mais ce n’est pas tout. Le chef de l’Etat a également l’intention de profiter de cette expression pour clarifier un certain nombre de points en suspens et particulièrement sensibles. A commencer par les interrogations sur la généralisation du port du masque, alors que plusieurs collectivités ont pris ces derniers jours des arrêtés en ce sens, comme à Nice (Alpes-Maritimes) et à Sceaux (Hauts-de-Seine).

Autre point sur lequel l’expression présidentielle est attendue : le recours contesté aux données personnelles des smartphones pour tracer les personnes contaminées par le coronavirus. Enfin, Emmanuel Macron pourrait lever le voile sur le calendrier du second tour des municipales, prévu fin juin. L’hypothèse d’un report en octobre a circulé dans les couloirs du palais présidentiel ces derniers jours, mais la date pourrait encore bouger. « Cela a encore évolué. On part maintenant sur la piste d’un report en mars, dans un an. Car octobre, c’est encore trop court, on ne sera pas sorti de la crise sanitaire et on sera en plein dans la crise économique. Personne n’aura la tête à faire campagne », estime un proche du chef de l’Etat. © Photo AFP.

Guillaume Plais