Mua Kana : la you­tu­beuse sté­pha­noise qui fait du maquillage un art

Son visage est sa toile qu’elle par­tage en vidéo sur le réseau social.

Elle se dit timide et pour­tant notre ren­dez-vous fut rem­pli de dis­cus­sions sans temps morts. Mua Kana est une jeune sté­pha­noise inter­mit­tente du spec­tacle. Elle par­tage son temps entre la jon­gle­rie de feu et la réa­li­sa­tion de courtes vidéos qu’elle buzze sur les réseaux sociaux. Elle est de la géné­ra­tion geek « j’aime les jeux vidéo, je col­lec­tionne les consoles de jeu, j’ai lu beau­coup de man­gas, j’aime l’univers des super-héros et le monde du comics ». La demoi­selle a obte­nu une licence d’arts plas­tiques, un mas­ter 1 d’art numé­rique et un mas­ter 2 com­mu­ni­ca­tion numé­rique. Ces for­ma­tions lui ont, entre autres, per­mis d’apprendre le gra­phisme et le tra­vail de la vidéo. Après avoir fait du maquillage pour enfants, elle se penche sur l’idée de faire connaître son tra­vail artis­tique via une chaine You Tube. Elle poste plu­sieurs vidéos courtes de maquillage artis­tique. Ici pas de conseil pour être belle en soi­rée, on ne vous don­ne­ra pas la tech­nique pour cacher ce vilain bou­ton sur votre nez, la jeune femme vous pro­pose la trans­for­ma­tion du visage par un masque artis­tique de pein­ture. Et c’est beau. Mua Kana excelle dans son art.

 

 

« Mua » sont les ini­tiales de Make Up Artiste et Kana est le sur­nom qu’on lui donne depuis toute petite. Chaque vidéo a une thé­ma­tique. L’horreur avec Chucky la pou­pée, l’univers des super héros avec le face pain­ting de Iron Man, mais aus­si l’enfance avec des vidéos où la jeune femme se maquille en pan­da, en pika­chu ou en licorne dans le cadre de sa série Carnaval Challenge. « Je me filme avec mon appa­reil pho­to reflex toute seule devant mon miroir, dans mon cou­loir ». Mua Kana com­mence ses pre­mières vidéos il y a quelques années « Je n’étais pas très satis­faite de mon tra­vail à l’époque ». Mais sa pas­sion du maquillage ne la lâche pas « Mon beau-frère est aus­si Youtubeur, j’ai col­la­bo­ré avec lui et ça m’a per­mis de me faire connaître et de reprendre le tra­vail sur ma chaine YouTube ». Mua Kana impro­vise tout. « C’est tou­jours du one shut , je ne pré­pare rien ». Epoustouflant quand on observe les mini-films de cette artiste de 28 ans. « Pour les musiques, Mua Kana uti­lise des titres libres de droits ce qui per­met de ne pas payer d’impôt à la SACEM et d’éviter que You Tube sup­prime le film « j’écoute des musiques ori­gi­nales qui m’inspirent en rap­port avec mes films et je cherche une musique libre de droits qui s’en rap­proche le plus ». Depuis jan­vier 2018, Mua Kana peut se féli­ci­ter de 15 000 visites. Retrouvez toutes les vidéos de Mua Kana ICI. Abonnez vous vite à sa chaine You Tube.

 



Les autres infos