Zadiste anti A45

Découvrez la lettre du Maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau qui dénonce l’attitude de Pascal Garrido, le premier adjoint de La Talaudière.

 



En proposant aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes de venir s’installer à La Talaudière, l’ancien maire et aujourd’hui 1er adjoint de La Talaudière, Pascal Garrido a franchi la ligne jaune, en se comportant en élu irresponsable.

Pascal Garrido a fait de son opposition à l’A45 un combat personnel et d’arrière garde, qui ne lui permet plus d’appréhender de manière lucide ce dossier.

C’est sans doute la raison pour laquelle il se raccroche désormais à toutes les opportunités y compris les plus extrêmes, voire illégales, qui pourraient ralentir la construction de l’A45.

Cette infrastructure d’intérêt régional voire national est une nécessité. Elle dépasse les frontières de notre seul territoire.

Il suffirait pour cela que le gouvernement, qui a trop longtemps tergiversé, prenne enfin ses responsabilités, et assure la continuité républicaine des décisions prises par Bernard Cazeneuve, en lançant les travaux.

En effet, il ne manque plus que la signature du gouvernement.

Ces tergiversations donnent à penser que le dossier n’est pas clos alors même que le rapport Duron reconnaît l’utilité de cet équipement.

Premier résultat tangible de cette politique de non choix, le risque d’implantation durable de zadistes dans notre agglomération qui, comme nous l’avons vu à Notre-Dame-des-Landes, est source quasi certaine d’atteinte à l’ordre, à la tranquillité publique, ainsi qu’aux biens et personnes.

L’intérêt général dont sont dépositaires les élus de la République, ne serait alors plus pris en compte et seules les positions extrémistes de certains, imposées par la force, prévaudraient.

En tant que président de Saint-Étienne Métropole et élu responsable, je ne peux pas l’accepter.

C’est la raison pour laquelle j’ai remis aujourd’hui un courrier au premier ministre, Edouard Philippe, afin d’attirer son attention sur les risques qu’une telle implantation ferait courir aux communes concernées de l’agglomération et sur la nécessité, désormais, de prendre rapidement une décision sur l’A45 ».