« Old » : un thriller fantastique sur des vacances cauchemardesques

« Old » est le nouveau long-métrage de M. Night Shyamalan dont le pitch pourrait être celui d’un épisode de la série « La Quatrième Dimension » : Des familles et des couples en vacances se retrouvent coincés sur la plage d’une étrange île où ils vieillissent si vite qu’ils devront trouver le moyen de s’y échapper pour ne pas y mourir à brève échéance.

Ce thriller fantastique parvient à maintenir le spectateur en haleine du début à la fin, tout en comprenant d’agréables moments d’émotion mais aussi des passages horrifiques. Ainsi, par le sujet choisi et son traitement, « Old » ressemble à une adaptation d’un roman de Stephen King tel que « Dans les hautes herbes ». Le film est d’ailleurs une adaptation également, celle du roman graphique suisse en noir et blanc « Château de sable » de Pierre Oscar Lévy et Frederik Peeters.

 

L’adaptation d’une bande dessinée

 

Il existe de nombreuses différences entre la bande dessinée et cette adaptation cinématographique. Concernant le nombre de personnages principaux d’abord : il n’y a qu’une famille avec deux enfants dans la BD alors que le film montre quatre couples et trois enfants. Ensuite, les introductions du récit sont différentes : Dans « Old » les couples sont accueillis à un hôtel mais dans « Château de sable », l’action démarre directement sur la plage de l’île. Par ailleurs, le racisme de Charles, interprété par l’excellent Rufus Sewell, est subtilement suggéré dans le film. Il est par contre ostensible dans la BD ; il est même énoncé par sa compagne. Plus généralement, un travail important a été effectué dans la version adaptée sur la psychologie des personnages et surtout sur les relations au sein des couples.

 

Une tragédie

 

L’idée d’un écoulement différent du temps a récemment été exploitée dans un autre film, sorti en 2018. Il s’agit de « Time Trap » de Ben Foster et Mark Dennis. Mais contrairement à « Old », rien n’empêchait les personnages de sortir de l’endroit (une grotte) où le temps s’écoulait à un autre rythme. Ainsi « Old » va plus loin et donne une dimension véritablement tragique au récit. Ce qui en fait sa grande force.

 

Une mise en scène élaborée

 

Comme pour chacun de ses films, M. Night Shyamalan  accorde une grande importance à la mise en scène, avec son style bien particulier, tout de suite reconnaissable : des plans décadrés, une primauté au plan séquence et de larges mouvements de caméra tant horizontaux que verticaux, souvent en aller-retours répétés pour éviter les champs contre-champs. On pense notamment à la scène du train dans le film « Incassable » sorti en 2000, durant laquelle David, interprété par Bruce Willis, accoste sa voisine. On peut ainsi y voir alternativement chaque acteur à travers la séparation des sièges situés en face d’eux, le tout en un seul plan de près d’une minute. De la même manière, dans « Old », la découverte de la transformation des enfants, filmés d’abord de dos pour maintenir le suspense, est tournée selon cette méthode. En l’absence de découpage de la séquence en plusieurs plans, la tension dramatique est réellement renforcée par la musique de Trevor Gureckis. Celui-ci avait composé la bande originale de « Servant », la série réalisée par M. Night Shyamalan.

 

Une plage d’enfer

 

Pour conclure et pour ne pas dévoiler le twist, le retournement final, je me garderai bien d’analyser le discours proposé par le réalisateur. Malgré tout, il est intéressant de remarquer que ce film montre bien la difficulté qu’a notre société pour accepter la maladie, la folie, le vieillissement ainsi que la mort. Cette plage ressemble en définitive aux bords du Styx où errent des âmes damnées, mises au ban de la société. Un film très intéressant à voir sans hésiter.

 

Richard Clermont

Les autres infos
Les autres infos