Papy fait de la résistance à Luriecq

Au tribunal correctionnel de Saint-Etienne, à la barre, un vieil homme qui n’a pas l’air méchant… Et pourtant. Ce dernier évoque la légitime défense. A l’époque, le 6 janvier, Bernard Boudarel, 70 ans, se balade avec son chien sur une ancienne voix réaménagée. Par ses dire « tous les véhicules à moteur sont interdits sur ce passage ». Sauf qu’après renseignement, le maire de Luriecq n’a pas pris d’arrêté dans ce sens.

Le vieil homme se décrit comme victime. « le motard m’a projeté à l’arrière et m’a roué de coups » explique-t-il. Ce grand père a pris son pistolet à grenaille et à tiré plusieurs fois sur le motard. « Il s’était jeté sur moi pour me frapper » renchérit-il.

Mais le motard raconte une toute autre version. « Il m’a insulté, frappé et a sorti son pistolet et m’a tiré dessus Quant à moi, je ne lui ai fait aucun mal ».

Malgré son casque de moto, il a pris des plombs dans la tête, le médecin lui en a enlevé vingt. Le vieil homme n’a, lui, aucune blessure. Les voisins de ce vieux monsieur le décrivent comme grossier et impulsif. Le juge arrive pour donner sa décision. Il condamne le sexagénaire, Bernard Boudarel coupable. Deux ans de prison dont un avec sursis. Il a également interdiction de porter une arme et va devoir dédommager le motard des expertises.