Réouverture des cinémas Stéphanois : c’est pas pour tout de suite

Comme la majorité des secteurs économiques en France, le ciné­ma est touché de plein fou­et par les mesures de con­fine­ment imposées dès le 14 mars. Salles immé­di­ate­ment fer­mées, tour­nages arrêtés, post­pro­duc­tion des films paralysée, tech­ni­ciens au chô­mage par­tiel et acteurs en stand-by. Et pas de vis­i­bil­ité pour l’in­stant sur la reprise éventuelle de l’ac­tiv­ité, sinon l’e­spoir pour de nom­breux pro­fes­sion­nels de relancer la machine en juillet.

A lire aus­si : La cham­pi­onne Stéphanoise Elodie Clou­ver dans une vidéo du gouvernement 

C’est le souhait de Richard Patry, le prési­dent de la Fédéra­tion nationale des ciné­mas français, qui a en charge l’avenir de plus de 2 000 salles en France et par­le déjà de 300 mil­lions d’eu­ros de pertes sèch­es. Et si les plate­formes de stream­ing con­nais­sent un véri­ta­ble boom durant le con­fine­ment, il est per­suadé que les Français revien­dront dans les salles, là où se joue vrai­ment la vie d’un film. Mais cela pren­dra du temps.

A lire aus­si : Claude Puel a une piste offen­sive pour le mercato

Ouver­ture des ciné­mas Stéphanois : C’est pour quand ?

Début juil­let. Prob­a­ble­ment le 1er ou le 8 juil­let. Les salles de théâtre fonc­tion­nent par sai­son et ont le temps de pré­par­er leur pro­gram­ma­tion pour sep­tem­bre. Pour les ciné­mas, c’est dif­férent. L’été est une péri­ode impor­tante en ter­mes de fréquen­ta­tion et de recettes. La réou­ver­ture doit sur­mon­ter trois obsta­cles. Assur­er d’abord, et c’est notre pri­or­ité absolue, les con­di­tions san­i­taires opti­males. Ensuite, com­mu­ni­quer pour faire revenir le pub­lic dans les salles, après des semaines à regarder des films chez eux via les plate­formes et la VOD. Enfin, il faut qu’en juil­let, le pro­gramme soit attractif.

Les autres infos