Réouverture des ciné­mas Stéphanois : c’est pas pour tout de suite

Comme la majo­ri­té des sec­teurs éco­no­miques en France, le ciné­ma est tou­ché de plein fouet par les mesures de confi­ne­ment impo­sées dès le 14 mars. Salles immé­dia­te­ment fer­mées, tour­nages arrê­tés, post­pro­duc­tion des films para­ly­sée, tech­ni­ciens au chô­mage par­tiel et acteurs en stand-by. Et pas de visi­bi­li­té pour l’ins­tant sur la reprise éven­tuelle de l’ac­ti­vi­té, sinon l’es­poir pour de nom­breux pro­fes­sion­nels de relan­cer la machine en juillet.

A lire aus­si : La cham­pionne Stéphanoise Elodie Clouver dans une vidéo du gouvernement 

C’est le sou­hait de Richard Patry, le pré­sident de la Fédération natio­nale des ciné­mas fran­çais, qui a en charge l’a­ve­nir de plus de 2 000 salles en France et parle déjà de 300 mil­lions d’eu­ros de pertes sèches. Et si les pla­te­formes de strea­ming connaissent un véri­table boom durant le confi­ne­ment, il est per­sua­dé que les Français revien­dront dans les salles, là où se joue vrai­ment la vie d’un film. Mais cela pren­dra du temps.

A lire aus­si : Claude Puel a une piste offen­sive pour le mercato

Ouverture des ciné­mas Stéphanois : C’est pour quand ?

Début juillet. Probablement le 1er ou le 8 juillet. Les salles de théâtre fonc­tionnent par sai­son et ont le temps de pré­pa­rer leur pro­gram­ma­tion pour sep­tembre. Pour les ciné­mas, c’est dif­fé­rent. L’été est une période impor­tante en termes de fré­quen­ta­tion et de recettes. La réou­ver­ture doit sur­mon­ter trois obs­tacles. Assurer d’a­bord, et c’est notre prio­ri­té abso­lue, les condi­tions sani­taires opti­males. Ensuite, com­mu­ni­quer pour faire reve­nir le public dans les salles, après des semaines à regar­der des films chez eux via les pla­te­formes et la VOD. Enfin, il faut qu’en juillet, le pro­gramme soit attractif.

Les autres infos