Saint-Etienne : la science au ser­vice des crimes

La police de Saint-Etienne ouvre son nou­veau laboratoire.

Nos confrères et amis de Activ Radio expliquent que  « c’est Edmond Locard, pro­fes­seur de méde­cine né à Saint-Chamond, qui a créé le pre­mier labo­ra­toire fran­çais à Lyon en 1910 ». La police de Saint-Etienne rend hom­mage à cet homme en bap­ti­sant ce nou­veau labo­ra­toire à son nom. Ici on ana­lyse le sang, les che­veux, tous est scruté.

La science pour trou­ver des coupables

Dans la Loire, le taux de cri­mi­na­li­té a aug­men­té. 37 597 crimes et délits en 2019. En 2020, plus de 5 200 traces ont été rele­vées, 258 indi­vi­dus ont été iden­ti­fiés et 17 trans­ports de traces ont été envoyés par jour dans des labo­ra­toires d’analyses, explique Activ Radio. Dans la Loire, la police scien­ti­fique compte 28 per­sonnes. Ce labo­ra­toire va lui per­mettre d’augmenter sa capa­ci­té de trai­te­ment. Ici on appelle ce centre « la reine des preuves ».

Si vous êtes fans de l’émission « Faites entrer L’accusé », ce genre de labo­ra­toire est la reine des preuves, rem­pla­çant par­fois les aveux des cri­mi­nels. Ce centre scien­ti­fique se trouve au 99 bis cours Fauriel à Saint-Étienne.

Les autres infos
Les autres infos