Saint-Etienne Métropole garde le chaudron

La vente du stade n’est plus à l’ordre du jour.

Les responsables de Saint-Etienne Métropole et de l’ASSE se sont rencontrés pour trouver une solution. Mais c’est l’ASSE qui devrait dorénavant pouvoir gérer l’exploitation du stade de manière partielle ou totale, à la place de Saint-Etienne Métropole qui garde, elle, la propriété du stade. L’ASSE va pouvoir se servir de son image pour organiser des séminaires, des salons et autres manifestations. Actuellement c’est CAPEA l’agence d’évènementiel qui est organisatrice de cela. En reprenant cette gérance, le club pourrait mieux maîtriser son image. Le club pourra également gérer à sa guise les espaces et les loges du stade.

Saint-Etienne Métropole, elle, devra garder la main sur l’entretien du stade, notamment sur le système de vidéo-surveillance qui devient obsolète. L’ASSE est souvent sanctionnée car les fauteurs de trouble dans les tribunes ne sont pas reconnus. Le club a, dernièrement, reçu une amende de 100 000 euros. Le club a besoin de nouvelles caméras HD. Cette année, avec le système obsolète de caméras, le club a perdu 200 points au classement de la licence club. Ce classement est important car il entre dans la répartition des droits TV.

La métropole voudrait contraindre l’ASSE à laisser le stade Geoffroy Guichard pour permettre l’accueil de compétition de JO ou de rugby.

Le bail actuel est de 1,4 millions d’euros et devrait augmenter fin décembre, à la fin de celui-ci. De nouvelles négociations entre le club et Saint-Etienne Métropole aura lieu le 20 octobre.