Un cas­seur sort de pri­son, après avoir par­ti­ci­pé à la mani­fes­ta­tion du 8 décembre

Mercredi, un pré­ve­nu était convo­qué au tri­bu­nal de Saint-Etienne. On lui reproche d’être un cas­seur. Son pro­cès a été repor­té à la suite de la grève des avocats.

L’homme de 19 ans pré­sente bien. Au tri­bu­nal, il arrive avec une tenue grise et un col blanc. Présenté comme ça, il passe pour un gendre idéal. Et pour­tant… Il est jugé, en com­pa­ru­tion immé­diate, pour être l’un des cas­seurs qui a trans­for­mé le centre-ville de Saint-Etienne en chaos,en paral­lèle des mani­fes­ta­tions des gilets jaunes. 

Dimitri est accu­sé notam­ment d’avoir jeté une pierre en direc­tion des forces de l’ordre, de décla­rer devant un poli­cier « Je vais brû­ler ta mai­son ». Le jeune homme recon­naît en par­tie les faits, mais son pro­cès tombe en pleine grève des avo­cats. L’homme de 19 ans en a pro­fi­té pour deman­der un délai pour pré­pa­rer sa défense, comme la loi l’exige.

Le tri­bu­nal de Saint-Etienne a accor­dé le ren­voi du pro­cès au 9 jan­vier. Faut-il le gar­der en pri­son ? Au tri­bu­nal, on explique qu’il a un tra­vail et qu’il est insé­ré socialement.

Le jeune homme est sor­ti de pri­son mer­cre­di der­nier. Il devra poin­ter une fois par semaine à la gen­dar­me­rie de Montbrison. Il a, pour le moment, inter­dic­tion de rejoindre la ville de Saint-Etienne et de par­ti­ci­per à une manifestation.



Les autres infos