Un casseur sort de prison, après avoir participé à la manifestation du 8 décembre

Mercredi, un prévenu était convoqué au tribunal de Saint-Etienne. On lui reproche d’être un casseur. Son procès a été reporté à la suite de la grève des avocats.

L’homme de 19 ans présente bien. Au tribunal, il arrive avec une tenue grise et un col blanc. Présenté comme ça, il passe pour un gendre idéal. Et pourtant… Il est jugé, en comparution immédiate, pour être l’un des casseurs qui a transformé le centre-ville de Saint-Etienne en chaos,en parallèle des manifestations des gilets jaunes. 

Dimitri est accusé notamment d’avoir jeté une pierre en direction des forces de l’ordre, de déclarer devant un policier « Je vais brûler ta maison ». Le jeune homme reconnaît en partie les faits, mais son procès tombe en pleine grève des avocats. L’homme de 19 ans en a profité pour demander un délai pour préparer sa défense, comme la loi l’exige.

Le tribunal de Saint-Etienne a accordé le renvoi du procès au 9 janvier. Faut-il le garder en prison ? Au tribunal, on explique qu’il a un travail et qu’il est inséré socialement.

Le jeune homme est sorti de prison mercredi dernier. Il devra pointer une fois par semaine à la gendarmerie de Montbrison. Il a, pour le moment, interdiction de rejoindre la ville de Saint-Etienne et de participer à une manifestation.