Une course poursuite à l’américaine.

Ils ont joué au chat et à la sourie sur les routes, sur le pont de la Loire.

Il s’appelle Ludovic Badolle, il a 42 ans et habite Le Coteau. Il n’est pas blanc comme neige puisqu’il possède déjà seize condamnations à son casier judiciaire. Rien ne lui fait peur. Ludovic Badolle comparaissait mercredi devant le tribunal correctionnel de Roanne.

On lui reproche une course poursuite avec la police dans la nuit de lundi à mardi.

Il est minuit lorsqu’une patrouille de la police remarque une Renaud Clio qui heurte le trottoir pour s’engager sur le pont de la Loire.

Ni une ni deux, la police fonce pour le rattraper. Mais Ludovic arrive à contrôler son véhicule pour prendre de l’avance sur les policiers.

Dans la voiture des forces de l’ordre, on décide de vérifier la plaque d’immatriculation à la centrale de la police. Le véhicule est bien une voiture volée.

Ils tentent de se mettre à sa hauteur mais le chauffeur fait des embardées. Çà devient dangereux.

Un vrai rodéo

Les force de l’ordre finissent par décider de mettre une voiture en travers de la route pour faire arrêter cette course folle digne d’un film américain à grand budget. Mais la manœuvre n’est pas terminée. Ludovic Badolle arrête sa voiture et sort comme un fou de son véhicule. Et là, la poursuite continue à pied, une course contre la montre entre le brigand et les policiers. De nombreuses minutes passent, tout le monde est essoufflé. Ludovic Badolle pense en avoir fini avec la police puisqu’il arrive au niveau de son habitation. Mais il sera enfin rattrapé devant son appartement.

Devant les policiers, il joue les durs et refuse de se soumettre à un contrôle d’identité et refuse également le contrôle d’alcoolémie. Il reconnaît tout de même avoir bu et ça se voit!

Ludovic voit bien qu’il n’a aucune chance de s’en sortir alors il joue sa carte chance « J’ai eu une rupture difficile, mon père est très malade et j’ai aussi perdu mon travail ». La police n’a pas l’air touchée d’autant que Ludovic Badolle n’a aucune empathie pour les victimes. Le véhicule qu’il a utilisé avait été volé le 27 décembre dans la maison d’un couple à Roanne.

« Je l’ai trouvée dans la rue avec les clés sur le contact ».

Le Procureur de la République ne lui a pas fait de cadeaux. Avec son casier long comme le bras, Ludovic Badolle a été condamné pour l’ensemble des faits, soit conduite en état d’ébriété, refus de coopérer avec la police, course poursuite qui aurait pu mal tourner (fort heureusement il n’y avait pas de piéton à cette heure ci).

Il est condamné à 13 mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Il prend aussi neuf mois avec sursis, mise à l’épreuve pendant deux ans avec obligation de soins, de travail et l’obligation d’indemniser les victimes. Et pour finir, il devra repasser son permis car ce dernier a été annulé.

Vous aimerez lire aussi