Une socié­té évé­ne­men­tielle pétillante

C’est au Village Café Chapuis à Saint-Etienne que nous ren­con­trons Estelle Verney Carron. La brune qui pétille, c’est elle, et c’est aus­si le nom de sa toute jeune socié­té évé­ne­men­tielle. Cette ex com­mer­ciale pour Oakley (NDLR marque de lunettes) a plu­sieurs cordes à son arc. Après un BTS de sty­liste, elle fut direc­trice de la marque anglaise de sports­wear Tom Joule, puis res­pon­sable évè­ne­men­tiel dans une agence Lyonnaise pen­dant 4 ans.  Une exper­tise qui lui per­met, avec assu­rance, de concré­ti­ser son pro­jet de mon­ter sa propre société.

Sur Saint-Etienne et sa région, des agences évé­ne­men­tielles, beau­coup se sont mon­tées et puis se sont démon­tées. De l’avis d’Estelle et en toute humi­li­té, pour qu’une agence dure, « il ne faut pas avoir peur de mettre les mains dans le cam­bouis, et ne pas croire que tra­vailler dans une agence d’événementiel, c’est faire des pho­tos et paraître dans les jour­naux ». La brune qui pétille pro­pose d’adapter et de créer un évé­ne­ment en fonc­tion de la demande du client, faire des négo­cia­tions de tarifs avec les four­nis­seurs et être réel­le­ment pré­sent sur l’évènement. « Être pré­sent sur la pres­ta­tion, c’est aus­si aller cher­cher des fûts de bières s’il en manque,régler les pro­blèmes tech­niques de der­nière minute ‚savoir tra­vailler dans l’ur­gence. Il faut être pré­sent pour que tout se passe cor­rec­te­ment, ras­su­rer son client, être là de façon invi­sible et gérer l’évènement de A à Z ». Pour Estelle Verney Carron, il ne faut pas hési­ter pour débrie­fer l’évènement avec le client et voir ensemble ce qui ne va pas pour s’améliorer sur le pro­chain. Cette jeune diri­geante n’hésite pas à expli­quer que, pour évo­luer, il faut tou­jours se remettre en question. 

“Aujourd’hui, les entre­prises sont de plus en plus sen­sibles au bien-être de ses collaborateurs”

La brune qui pétille, c’est plu­sieurs enti­tés d’organisations d’événements : l’événementiel d’entreprise,(séminaire,team-building, inau­gu­ra­tion) l’événementiel sportif(organisation de com­pé­tions et tour­nois), l’événementiel cultu­rel afin de pro­po­ser au col­la­bo­ra­teur d’entreprise des visites de sites tou­ris­tiques et indus­triels, eve­ne­men­tiel ins­ti­tu­tion­nel, à la demande de cer­taines com­munes. Estelle Verney Carron sou­haite aus­si pro­po­ser ses ser­vices dans le sec­teur pri­vé, hors entre­prise, comme l’organisation de mariages. « Aujourd’hui, les entre­prises sont de plus en plus sen­sibles au bien-être de ses col­la­bo­ra­teurs, il faut que, lors de l’événement, les employés passent un beau moment afin qu’ils soient revi­go­rés et soient heu­reux de bos­ser dans l’entreprise ». Estelle explique que pour elle, c’est un chal­lenge. La brune qui pétille doit fédé­rer les col­la­bo­ra­teurs et faire plai­sir à toutes ces per­sonnes qui tra­vaillent dans cette entreprise.

Le Facebook de la Brune qui pétille ICI.

Les autres infos
Les autres infos