Week-end de pâques : êtes-vous chocolatomanes ?

De nom­breuses per­sonnes se disent cho­co­la­to­manes, c’est-à-dire qu’elles affirment être addict au cho­co­lat. Pour ces per­sonnes-là, cette frian­dise est une vraie drogue qui réduit leur stress, leur angoisse, et leur pro­cure un plai­sir divin. 

C’est vrai, ces per­sonnes-là éprouvent un besoin dif­fi­ci­le­ment contrô­lable d’absorber chaque jour des quan­ti­tés impor­tantes de cet ali­ment-plai­sir ; et leur com­por­te­ment appa­rem­ment com­pul­sif res­semble à celui d’une per­sonne addict à une drogue, d’un toxi­co­mane. 

Peut-on vrai­ment en être addict ? 

L’addiction se carac­té­rise certes par une envie irré­pres­sible et l’incapacité répé­tée à contrô­ler le besoin de l’objet addic­tif ; et la per­sonne addict, bien qu’ayant conscience des risques liés à ses abus, ne peut s’empêcher de poser des com­por­te­ments addic­tifs. Et en ce sens, on pour­rait pen­ser que le cho­co­lat crée donc de l’addiction. 

Mais, contrai­re­ment aux drogues, cette frian­dise ne crée dans les faits aucune dépen­dance, qu’elle soit phy­sique ou psy­cho­lo­gique. 

La dépen­dance phy­sique se carac­té­rise par un orga­nisme qui assi­mile à son propre fonc­tion­ne­ment un pro­duit et qui déve­loppe des troubles par­fois graves en cas de manque. Quant à la dépen­dance psy­cho­lo­gique, elle se tra­duit par de vraies dou­leurs phy­siques. 

Un nutri­tion­niste nous explique :

“Quand on aime un pro­duit, cela fait sécré­ter des endor­phines, cela favo­rise la sti­mu­la­tion des cir­cuits de récom­pense dans le cer­veau. On sait donc, par expé­rience, que quand on consomme du cho­co­lat, on va avoir un plai­sir que l’on attend … Quand quelque chose nous fait plai­sir, on y retourne. Si une musique nous plaît, on va la réécou­ter. Faire l’a­mour fait aus­si déclen­cher des endor­phines, donc on y retourne… Dans ce cas, il n’y a pas de produit ».

Bon week-end de pâques !

Voilà, main­te­nant que vous savez qu’un cho­co­la­to­mane consomme du cho­co­lat au quo­ti­dien pour se faire plai­sir et non parce qu’il en est addict, qu’allez-vous déci­der de faire ? Bon lun­di de pâques.

Les autres infos