HBO Max va s’allumer dans la Loire

Une de plus, une de moins… nous autres consom­ma­teurs ne sommes sûre­ment plus à ça prêt. Netflix, Prime Video, OCS, Disney+, myCanal ou Salto, les pla­te­formes de strea­ming sont tou­jours plus nom­breuses et il devient dif­fi­cile d’arbitrer. 

Sachez que la ten­dance ne semble pas prête de s’in­ver­ser, puis­qu’un nou­vel acteur s’ap­prête à entrer dans la danse. Il s’a­git d’HBO Max, l’offre de Warner Media lan­cée outre-Atlantique en mai dernier. 

Rendez-vous fin 2021

Lors du Web Summit de Lisbonne, Andy Forssell, l’un des diri­geants du ser­vice, a confir­mé que son déploie­ment inter­na­tio­nal était dans les rails. Les impa­tients, s’il y en a, devront quand même attendre : HBO Max ne débar­que­ra pas en Europe avant la seconde moi­tié de l’an­née 2021. Les pays concer­nés n’ont pas encore été précisés. 

Aux États-Unis, dif­fi­cile de par­ler de franc suc­cès pour la pla­te­forme. Elle comp­te­rait une tren­taine de mil­lions d’a­bon­nés aujourd’­hui. Un chiffre hono­rable, mais encore loin de ceux de la concurrence.

Pour com­pen­ser, le géant du diver­tis­se­ment veut donc s’im­plan­ter dans de nou­veaux mar­chés. En Europe, le sec­teur est aus­si satu­ré que chez l’Oncle Sam et la tâche ne sera pas aisée. 

Des atouts à faire valoir ?

Outre-Atlantique, HBO Max va pou­voir comp­ter sur un atout de poids en 2021 : les block­bus­ters de la Warner. Très récem­ment, le stu­dio a annon­cé que tous ses films sor­ti­raient simul­ta­né­ment au ciné­ma et en strea­ming. Wonder Woman 1984, Matrix, Dune, The Suicide Squad… des longs-métrages d’en­ver­gure rejoin­dront le catalogue.

Mais la Warner ne serait-elle pas déjà en train de jouer son va-tout avec HBO Max ? En tout cas, les pro­duc­tions citées sont de très jolis pro­duits d’ap­pel. Il est pro­bable qu’elles fassent aug­men­ter les sous­crip­tions de façon assez significative. 

En France, une telle déci­sion est impos­sible, chro­no­lo­gie des médias oblige. Il ne fau­dra donc pas comp­ter des­sus pour boos­ter la pla­te­forme au lancement.

La ques­tion du cata­logue se pose éga­le­ment. Chez nous, un accord de dis­tri­bu­tion per­met à OCS de mettre les séries HBO à l’af­fiche. Or, celui-ci arrive à échéance en 2021. 

Que se pas­se­ra-t-il ensuite ? Difficile à dire. Mais si HBO Max rapa­trie toutes les séries de la célèbre chaîne pri­vée, OCS sera en grande dif­fi­cul­té. Espérons qu’une alter­na­tive rai­son­nable puisse être trouvée. 

Les têtes pen­santes du ser­vice mettent aus­si en avant l’im­por­tance de l’é­di­to­ria­li­sa­tion sur HBO Max. Un dis­cours non sans rap­pe­ler celui d’une cer­taine Salto… La pla­te­forme se tar­guait de ne pas comp­ter seule­ment sur les algo­rithmes pour mettre en avant ses conte­nus. L’humain donc, un argu­ment inté­res­sant. Pas cer­tain, tou­te­fois, qu’il pèse beau­coup au moment du choix du spectateur. 

Enfin, si le tarif est sem­blable au for­fait amé­ri­cain, l’a­bon­ne­ment devrait coû­ter autour de 15€. Un tarif équi­valent à la for­mule pre­mium de Netflix. Prime Video et Disney+ sont elles plus abordables

Les autres infos