Le marché noir des cigarettes à Saint-Etienne

D’après Gilles Grangier, le président des buralistes de la Loire, un paquet sur 3 n’est pas acheté dans le réseau des marchands de tabac.

Il faut bien savoir que le paquet le plus vendu en France est à 7,30 euros. Dans un mois il sera facturé 8 euros. Et en 2020 il coûtera 20 euros.

La profession de buraliste est en crise, et Saint-Etienne est très touchée par la crise de la profession.

Quelles sont les solutions ?

Les buralistes ont signé un protocole d’accord avec l’Etat. Ce dernier promet une aide à la transformation des bureaux de tabac en magasins multiservices. Les buralistes devraient prochainement proposer des cigarettes électroniques, des timbres postaux et fiscaux et des cartes grises.

Un marché parallèle à Saint-Etienne

Les services de douane ferment régulièrement des épiceries de quartiers, des bars associatifs et des clubs sur Saint-Etienne qui vendent du tabac sous le manteau. Ce sont des établissements ouverts la nuit, et c’est à ce moment-là que le client vient se fournir en toute discrétion.

Beaucoup de ces cigarettes viennent du Maroc, d’Espagne, de chine et du Luxembourg.

D’après une enquête de l’institut KPMG, 30,5% des cigarettes vendues en France sont des paquets du marché noir. Il est grand temps de trouver une solution pour sauver les buralistes et les recettes fiscales de l’Etat.



Vous aimerez lire aussi