Plus de sécurité dans les gares de la région

Laurent Wauqiez, président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, souhaiterait prendre le rôle d’officier de police judiciaire au niveau régional. C’est en tout cas ce qu’il demande avec la création d’une loi qui va dans ce sens.

Le but de cette demande est de gérer la police ferroviaire en région dans les TER. Laurent Wauqiez voudrait aussi avoir la main sur la sécurité dans les lycées. Le président de région explique que le nombre de policiers ferroviaires a quasiment doublé. Leur nombre est passé à cent soixante avec un coût annuel de 11 millions d’euros. Ce coût est financé par la région.

Pour Laurent Wauqiez, avoir la possibilité de gérer la police ferroviaire permettrait d’accéder à plus de données. Des nouveaux postes de vidéo surveillance devraient être créés bientôt dans certaines gares de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Par exemple, à Lyon, un nouveau PC (poste de surveillance) va naître à Part-Dieu. Avec analyse des images en temps réel. Des caméras seront installées dans les gares, sur les quais et dans les TER. Laurent Wauqiez explique qu’avec ce matériel, on pourra suivre un individu en fuite. Les caméras pourront zoomer l’image qui sera en haute définition.

Pour sécuriser toutes les gares, assurer une présence policière et surveiller les rames des TER, il faudra 85 millions d’euros. Neuf gares de la région sont déjà équipées, trente-deux le seront d’ici fin 2018. Et quatre-vingt-cinq d’ici fin 2019. Des caméras sont déjà installées dans soixante-seize TER. Tous les TER en région auront des caméras avant la fin 2020.

Le train gratuit pour la police municipale

Au 1erjanvier 2019, les policiers municipaux de la région pourront, sur demande, voyager gratuitement dans les TER. Même pour leurs loisirs. Laurent Wauquiez en avait fait la demande. C’est déjà le cas pour les gendarmes et la police nationale pour un coût annuel de 500 000 euros. Le but est d’avoir plus de sécurité dans les trains. Selon Laurent Wauqiez, 30% des bénéficiaires ont signalé des infractions dans les TER. Selon les syndicalistes de la SNCF, il manque surtout des contrôleurs dans les trains, mais pas forcément des policiers.

Donnez votre avis sur notre page Facebook



Vous aimerez lire aussi