Prostitution à Roanne

Les ex gérants de l’hôtel Balladins de Parigny soupçonnés.

Pas facile de faire la différence entre adultère et prostitution. Pourtant le couple de gérants de l’hôtel Balladins était hier à la barre du Palais de Justice pour « Tolérance habituelle de prostitution dans un lieu ouvert au public ».

L’hôtel était connu pour ça, mais ce n’était pas à cause des propriétaires actuels. Cela fait longtemps que ce lieu était connu pour ses « petites vertus ».

Pour la police, cela a été facile de prouver ce qu’il s’y passait. Ils se sont rendus sur le site Vivastreet, rubrique Erotica, ils ont pu trouver une quarantaine d’annonces. Les prostitués donnaient rendez-vous à leurs clients sur le parking.

Le gérant assure ignorer ces activités, « On autorisait les adultères et on mettait des faux noms sur le registre. Mais pas la prostitution » exclame t’il.

« Comment faites-vous  la différence ? » lui demande le Procureur de la République.

« On n’en fait aucune » répondit l’ex gérant de l’hôtel.

il y a dans cette affaire quelque chose qui interpelle, le taux de remplissage est de 20% dans l’hôtel et l’argent liquide récupéré prouve le contraire. Les ex gérants ont écopé de 6 mois de prison avec sursis, une interdiction d’exercer une activité hôtelière, 26 000 euros d’amende et la confiscation de l’argent liquide trouvé sur place.