Rencontre avec Lonepsi avant son concert à Saint-Etienne

Le jeune rap­peur amou­reux de lit­té­ra­ture et de pia­no sera en concert le ven­dre­di 16 novembre 2018 au Fil de Saint-Etienne. Après l’album « Les pre­miers sons du reste de ma vie » sor­ti en mai 2017, il revient avec l’EP « Kairos » dis­po­nible sur les pla­te­formes de strea­ming depuis le 25 mai 2018. Rencontre avec ce nou­veau talent du rap et de la chan­son française.

Lonepsi

A 24 ans, Lindo Gargiulo de son vrai nom, par­court la France pour pré­sen­ter sur scène ses der­nières chan­sons. Sur you­tube, Lonepsi peut se van­ter de ses 686 528 vues sur you­tube avec son clip « Le temps d’un ins­tant ». Son pseu­do­nyme vient de l’époque du lycée. A l’époque il choi­sit une lettre de l’alphabet grec « Epsilon ». A l’envers ça don­ne­ra Lonepsi. Les lettres sont impor­tantes pour le chan­teur. Le rap­peur se dit influen­cé « incons­ciem­ment » par les livres qu’il découvre. « Si j’ai un pro­jet musi­cal et que je lis du Baudelaire ou Apollinaire, ce pro­jet sera bien dif­fé­rent que si j’avais lu du Pablo Neruda ou du Gustave Flaubert ». La poé­sie et les textes de ces grands écri­vains peuvent avoir un impact dans les pro­jets du jeune artiste.

Lonepsi est auteur-com­po­si­teur-inter­prète. « Je tra­vaille sou­vent la nuit, par­fois les mots me viennent tout de suite et d’autre fois je dois me faire vio­lence car les mots me manquent par­fois ». La nuit, le chan­teur fait appel à son ima­gi­naire pour écrire, pour racon­ter des his­toires. Peut-on dire de Lonepsi que c’est un rap­peur ? Lui qui com­pose à la gui­tare et au pia­no, bien loin des samples et loops qui carac­té­risent la musique rap. « Sur scène, c’est une évi­dence pour moi d’interpréter des mor­ceaux en pia­no voix. Bien sûr, je fais du rap mais je ne suis pas du tout contre l’idée d’emprunter des codes à la varié­té fran­çaise ».

Le pia­no, il le découvre très jeune, « lorsque mes parents ont démé­na­gé dans une nou­velle mai­son, il y avait un pia­no qui n’avait pas été empor­té avec le reste des meubles, et, chaque soir, je com­po­sais des mor­ceaux que j’estimais de plus en plus com­plexes. Un jour mes parents m’ont pro­po­sé de prendre des cours de pia­no pour conso­li­der ce que j’avais déjà fait, mais le rap­port de prof à élève ne m’a pas plu ». Lonepsi conti­nue­ra seul de façon auto­di­dacte à apprendre avec son pia­no. Il regar­de­ra des vidéos sur inter­net pour conti­nuer à se per­fec­tion­ner. Aujourd’hui, c’est sur scène qu’il nous offre le meilleur avec sa voix et son piano.

Lorsque qu’on demande quel artiste l’a ins­pi­ré, il répond Léo Ferré. Encore une fois, Lonepsi est bien loin des cli­chés du rap. « Je repense à un coup de foudre musi­cal et tex­tuel que mon père m’a fait décou­vrir, « La mémoire et la mer », je me suis fait attra­per dès la pre­mière phrase et toutes les autres phrases de cette musique ont eu un sens pour moi. C’était un moment gran­diose et j’ai eu un coup de foudre pour Léo Ferré. C’est un artiste qui m’inspire gran­de­ment ».

Sur le titre « Le chien et le fla­con », Lonepsi s’inspire des textes de Charles Baudelaire et le chan­teur cri­tique le niveau d’attention de plus en plus bas récla­mé par­fois aux lec­teurs « Dans mon texte, j’explique que le chien remue la queue car ce qu’on lui sert est suf­fi­sant. Si on lui sert un bon mélange de merde il sera content mais quand on lui pro­pose un par­fum avec de nom­breux arômes, qui demande un effort intel­lec­tuel pour déce­ler les dif­fé­rents arômes, le chien arrête de remuer la queue, il grogne et il fait un pas en arrière ». Il y a ici un lien entre le chien et le public. Lonepsi demande, dans ce titre, un effort à son public. Faire l’effort de décou­vrir les choses et ne jamais se satis­faire de ce qu’on lui donne. « J’aimerais faire un pari avec mon public » explique Lonepsi. « J’aimerais miser sur eux, sur leur intel­li­gence, et je suis per­sua­dé que si je leur pro­pose un par­fum un peu plus évo­lué plu­tôt qu’un bon mélange de merde, (pour reprendre l’expression de Baudelaire) je suis sûr qu’ils le com­pren­dront ».

En concert, vous décou­vri­rez l’artiste en pia­no-voix et accom­pa­gné de son bat­teur. « J’aime aus­si inter­pré­ter des mor­ceaux en m’approchant du public, et par­fois j’emmène ma gui­tare et je joue quelques mor­ceaux avec ». Lonepsi sera le ven­dre­di 16 novembre 2018 sur la scène du Fil de Saint-Etienne à 20h30 avec, en pre­mière par­tie, An’Om. L’entrée est de 16 euros.



Les autres infos