Retourner chez le coif­feur, c’est bien­tôt possible

A Saint-Etienne, comme par­tout dans la Loire et en Fance, les coif­feurs comptent les jours avant de retrou­ver leurs clients. Les salons Stéphanois ont envoyé « la fiche de tra­vail » pour la reprise d’activité du sec­teur au minis­tère du tra­vail. pour vali­da­tion, quelques heures après avoir obte­nu l’aval des par­te­naires sociaux. Il devraient tous ouvrir leurs portes à par­tir du lun­di 11 mai, près de deux mois après leur fer­me­ture dans le cadre des mesures de confi­ne­ments adop­tées en France pour lut­ter contre la pro­pa­ga­tion du coronavirus.

Dès le décon­fi­ne­ment, les coif­feurs en acti­vi­té devrnt être équi­pé de masque et de lunettes ou d’une visière en plas­tique trans­pa­rent qui couvre son visage ; le bar­bier, qui, lors d’une coupe, est très expo­sé au souffle de son client et donc aux pos­tillons, devra por­ter un masque et une visière. Chaque coif­feur devra asseoir son client à plus d’un mètre d’un autre. Même règle lors du shampooing.

Pourquoi aller chez le coif­feur coû­te­ra plus cher ?

S’occuper d’un client pren­dra plus de temps, et entre cha­cun il fau­dra comp­ter le temps du net­toyage. Autant de contraintes qui dimi­nue­ront le nombre de clients par jour. Difficile de com­pen­ser, même en ouvrant une jour­née de plus ou plus long­temps le soir. Nos confrères d’Europe 1 donne la parole à l’un d’eux “Le seul fait de déga­ger du temps pour que nos employés fasse le ménage plus pous­sé qui est néces­saire, ça va repré­sen­ter 2.500€ par mois”, estime Sébastien Robin. Le coif­feur rajoute « J’espère que les gens vont quand même entendre qu’effectivement, le pas­sage à la caisse sera un peu plus gon­flé qu’avant. De 35€ on va pas­ser à 37€, si on était à 45€ on va pas­ser à 47 euros à peu près…  Ces 1 ou 2 euros, sur chaque client, vont for­cé­ment nous aider ».

Les autres infos