Robert Herbin en réani­ma­tion au CHU

L’une des légendes des Verts, Robert Herbin, 81 ans est hos­pi­ta­li­sé au CHU de Saint-Etienne.

D’après nos sources, l’ancien foot­bal­leur de l’ASSE est à l’hôpital pour des pro­blèmes car­diaques. Cette hos­pi­ta­li­sa­tion n’est pas liée au coronavirus.Il était affai­bli depuis quelques jours. D’après un proche, Il a été pris d’une grande fatigue. 

Arrivé en 1957 à l’ASSE, Robert Herbin passe sa jeu­nesse à Nice et est for­mé au Cavigal. Bob Rémond, celui qu’on sur­nomme le père spi­ri­tuel d’Herbin, est son pre­mier diri­geant. Mais ce petit bijou de la Côte d’Azur ne tape pas dans l’oeil des diri­geants à l’é­poque, il s’a­git de l’une des toutes meilleures équipes natio­nales. Tant pis pour eux, tant mieux pour nous !

D’après un proche, Il a été pris d’une grande fatigue. 

Chez les Verts, il occupe le poste de demi-défen­sif, de milieu, d’at­ta­quant ! Il évo­lue au départ dans un sys­tème en 4–2‑4, très en vogue à l’é­poque sous Jean Snella, son pre­mier entraî­neur. Il devient très vite un joueur indis­pen­sable de l’é­quipe de France. Il joue l’Euro 1960 où il est éli­mi­né en demi-finale puis fait par­tie de l’ex­pé­di­tion en Angleterre lors de la Coupe du Monde 1966. Il sera capé 23 fois entre 1960 et 1968. Mais l’é­quipe de France res­te­ra tou­jours sa plus grande décep­tion : “Non pas à cause de la médio­cri­té des résul­tats enre­gis­trés à l’é­poque où j’y jouais, mais en rai­son du côté “arti­sa­nal” que j’y ai ren­con­tré. Un jour, MM. Sastre et Sadoul étaient venus me voir au stade Geoffroy-Guichard pour prendre la suc­ces­sion de Stefan Kovacs. C’était dif­fi­cile à l’é­poque car Saint-Étienne était enga­gé sur le front de la Coupe d’Europe mais j’a­vais néan­moins expri­mé mon idée de sup­pri­mer tout le folk­lore qui entoure notre équipe natio­nale… Je n’ai depuis jamais reçu aucune réponse” C’est avec le vert comme cou­leur qu’il connaî­tra les plus vives et les plus belles émotions.

Les autres infos
Les autres infos