St-Etienne, terre d’héroïne ?

Il a quit­té le sud de la France pour venir à Saint-Etienne.

Le 9 avril der­nier, la police de Saint-Etienne a per­qui­si­tion­né un appar­te­ment. Celui de Redlon Dollani. L’homme de 30 ans a été inter­pel­lé et pla­cé en garde à vue. Chez lui, on a trou­vé des cen­taines de grammes d’héroïne et une balance.

Devant la pré­si­dente de la cour Isabelle Simon, il explique être arri­vé en France en décembre 2017, à Marseille. Il déve­loppe à la barre que, dans le sud, l’héroïne est rare. « On trouve plu­tôt du can­na­bis et de la cocaïne ». Après avoir pris un train à des­ti­na­tion de Lyon un « com­pa­triote » l’aurait diri­gé vers Saint-Etienne.

Le tri­bu­nal com­prend vite que l’homme est bien plus qu’un consom­ma­teur. C’est aus­si un tra­fi­quant. Le tri­bu­nal a condam­né Redlon Dollani à un an de pri­son ferme avec main­tien en déten­tion et inter­dic­tion défi­ni­tive de territoire.



Les autres infos