Conforama La Fouillouse peut-être sauvé

Selon les infor­ma­tions de BFM Business, deux grandes enseignes, Conforama et But, vont s’allier pour sau­ver les meubles. Les syn­di­cats et action­naires se ren­contrent dans les pro­chains jours pour fina­li­ser l’offre.

Les négo­cia­tions n’ont pas été faciles. Des ten­sions nais­santes entre les sala­riés et les cadres des deux enseignes ont don­né du fil à retordre aux négo­cia­teurs. Conforama confirme bien son rap­pro­che­ment avec But. « Cette alliance est obli­ga­toire pour évi­ter la faillite », explique un proche du dossier.

A lire aus­si : Après le robot Monsieur Connect, décou­vrez le nou­veau pro­duit le plus cher de Lidl 

1900 sala­riés sur le départ

But va reprendre l’ensemble des maga­sins Conforama, et ses 8000 sala­riés. La col­la­bo­ra­tion va évi­ter la fer­me­ture de 165 maga­sins en France, dont celui de Saint-Étienne (La Fouillouse). But s’est enga­gé à finan­cer un plan de départ de 1 900 sala­riés pour un coût de 116 mil­lions d’euros. Le nou­veau conglo­mé­rat devra payer les 150 mil­lions de fac­tures impayées par Conforama.

A lire aus­si : emploi Saint-Étienne : l’Espace Boris Vian recrute

« Il va fal­loir tout faire pour sau­ver le sol­dat Conforama sinon c’est la fer­me­ture pro­gram­mée dans la Loire », explique un syn­di­cat. Pour finan­cer le plan de sau­ve­garde, un prêt de 322 mil­lions d’euros a été accor­dé, garan­ti par l’État que la banque BNP Paribas refu­sait d’octroyer à Conforama seul. De plus, les action­naires de But ont pré­vu d’injecter 200 mil­lions d’euros pour redres­ser la barre. Le maga­sin de La Fouillouse qui avait un temps pro­je­té de fer­mer les portes serait donc sau­vé. Reste à savoir si dans la Loire, l’ensemble des sala­riés sera gardé.

A lire aus­si : ces appar­te­ments sté­pha­nois dédiés à la prostitution 

Les autres infos